Les diamants sont éternels: au parlement, Zelenski appuie là où ça fait mal

La Chambre accueillait à son tour le président ukrainien. Et comme à chaque fois, Zelenski a su trouver les mots et les failles qui parlent aux députés belges. Il a pointé du doigt l’activité du port d’Anvers et les diamants russes qui y transitent vers notre pays. Mais pour le moment, les diamants sont éternels: ils ne figurent pas sur la liste des sanctions et il en restera ainsi.

T-shirt kaki, ton solennel, Volodymyr Zelensky a manié les reproches et les remerciements, tout en tirant, comme à chaque fois, sur la corde sensible. Ici, pas de référence au 11 septembre, ou à Verdun, mais à la bataille d’Ypres qui s’est déroulée du 22 avril au 24 mai 1915, ayant laissé derrière elle des dizaines de milliers de morts. « La Belgique a connu des batailles terribles comme la bataille d’Ypres. Ce qui se passe à Marioupol est peut-être pire. Sûrement l’un des endroits les plus horribles en Europe, c’est l’enfer sur Terre. »

Voilà effectivement plusieurs semaines que la ville est assiégée et bombardée par les troupes russes. Des couloirs humanitaires s’y organisent difficilement. Des milliers de morts plus tard, la Russie a annoncé un cessez-le-feu à durée indéterminée.

Devant les députés belges en visio-conférence, le président ukrainien a remercié la Belgique pour son aide militaire, « l’une des premières à avoir agi », et pour l’accueil de dizaines de milliers de réfugiés.

Mais les louanges se sont arrêtées là. Zelenski s’en est pris au secteur diamantaire dont le centre névralgique se trouve bien sûr à Anvers. « La paix a plus de valeur que les diamants et les accords avec la Russie, que les bateaux russes dans les ports, que le pétrole et le gaz russe. »

Si dans le cas du pétrole et du gaz, on sait qu’il s’agit d’un pas trop loin pour la Belgique et pour l’Europe, le secteur diamantaire est souvent passé inaperçu, mais continue de fonctionner à plein régime. Il n’est pas concerné par les sanctions occidentales.

Pas de changement

Si le Premier ministre Alexander De Croo a longuement salué et félicité son homologue ukrainien, il n’a pas pu donner de garanties au niveau diamantaire, et n’a d’ailleurs pas abordé la question dans son discours. Par la suite, le libéral a rappelé que boycotter les diamants russes ne ferait que déplacer la plaque tournante du diamant autre part, dans les pays du Golfe.

En outre, le Premier rappelle que les sanctions se prennent au niveau européen.

Alexander De Croo n’a rien pu promettre également pour l’entrée de l’Ukraine dans l’Union européen, « parlant d’un processus long et exigeant ». Le Premier ministre a néanmoins affirmé que de nouvelles aides militaires de la Belgique allaient être acheminées vers l’Ukraine.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20