Les atrocités commises à Boutcha ne sont pas une aberration : cela a toujours été la façon russe de faire la guerre

Jusqu’à présent, au moins 410 corps de civils ukrainiens ont été retrouvés dans les villes autour de Kiev que les troupes russes ont récemment évacuées. Il semble que les soldats russes aient exécuté des civils au hasard, par frustration et par vengeance. Les atrocités commises à Boutcha ne sont pas une aberration. C’est, malheureusement, la façon de faire la guerre de la Russie. C’est ainsi que les troupes de Poutine ont combattu en Tchétchénie et en Syrie – et, avant cela, que les troupes soviétiques ont combattu en Afghanistan et en Europe centrale pendant la Seconde Guerre mondiale. Ils commettent des crimes de guerre pour terroriser la population afin qu’elle se soumette.

Pourquoi est-ce important ?

Tuer des civils avec des bombes et des missiles est une chose. C'en est une autre de les tuer avec une balle dans la nuque. Il s'agit d'un autre niveau de malveillance - le type d'atrocité organisée que l'Europe n'a pas connu depuis le massacre de Srebrenica en Bosnie en 1995. L'opération "anti-nazie" russe a conduit les troupes russes à agir exactement comme les nazis l'ont fait autrefois. Mais l'histoire nous enseigne que nous ne devons pas être surpris.

Il existe de nombreuses preuves d’autres crimes de guerre commis par les troupes russes dans toute l’Ukraine. Human Rights Watch a documenté les viols, les exécutions sommaires et les pillages commis par les troupes russes. À Marioupol, les Russes ont bombardé un théâtre où s’abritaient des civils. Le mot « ENFANTS » était écrit à l’extérieur en russe, en énormes lettres blanches. Une tentative de décourager les raids aériens qui peut les avoir cyniquement provoqués. Le 16 mars, environ 300 personnes présentes dans le bâtiment ont été tuées par des bombes russes.

Maintenant que des images et des témoignages macabres ont également émergé de Boutcha, une ville ukrainienne située à 55 km au nord-ouest de la capitale Kiev, il est de plus en plus probable que Vladimir Poutine travaille selon un scénario strict dans le nord de l’Ukraine, comme ailleurs dans le pays. Un système qui l’a bien servi pendant des décennies, bien qu’il ait coûté cher à son armée.

Des mesures « correctives » pour mettre la population à genoux

L’attaque de Poutine contre la capitale tchétchène Grozny en 1999 a été aussi infructueuse que la tentative de décapitation des dirigeants ukrainiens à Kiev, quelques jours après l’invasion du 24 février. Qu’il s’agisse d’orgueil démesuré ou de l’incapacité de son cercle interne à être franc avec son chef sur les capacités de l’armée russe, la conviction de Poutine en la supériorité de ses propres forces en Tchétchénie et en Ukraine était inébranlable. Dans les deux cas, de longs convois blindés ont été conduits directement vers leurs cibles, avant d’être pris en embuscade à plusieurs reprises par des ennemis plus légers et mobiles.

Les mesures « correctives » brutales prises par Moscou à Grozny et en divers endroits d’Ukraine sont nées de la conviction que la force brute mettra une nation à genoux, par l’utilisation aveugle de l’artillerie, jusqu’à la destruction totale d’une ville.

En 2003, les Nations unies ont qualifié Grozny de ville la plus détruite au monde. Entre 5.000 et 8.000 civils ont été tués pendant le siège. Lors de la bataille d’Alep en 2016, la Russie a capturé les quartiers de la ville tenus par les rebelles pour le président syrien Bachar el-Assad après un bombardement aérien d’un mois qui a tué hommes, femmes et enfants.

En Syrie et en Tchétchénie, Poutine s’en est tiré à bon compte

En Ukraine, Boutcha est la dernière manifestation de cette tactique, mais Tchernihiv, Marioupol et Kharkiv ont subi un traitement similaire. Elle se base entièrement sur la croyance que la volonté du peuple de se battre s’effondrera face à une terreur incessante, et qu’il acceptera qu’un gouvernement alternatif, aussi illégitime soit-il. Assad restera donc au pouvoir. Et en Tchétchénie, Poutine s’est tourné vers le fils du mufti suprême, Ramzan Kadyrov, qui a depuis soutenu les troupes russes en Syrie et en Ukraine.

Vient ensuite la dernière pièce de la stratégie : la normalisation des nouvelles administrations. Cela exige un certain degré de cynisme et de faiblesse de la part de l’Occident, ce dont Poutine a su tirer parti jusqu’à présent ; il suffit que les États-Unis et l’UE ferment les yeux sur ce qui s’est passé, étant donné le caractère insoluble de la situation.

Ce n’est pas nouveau non plus. C’est ainsi que Staline s’en est tiré avec les innombrables crimes qu’il a laissé l’Armée rouge commettre, avant, pendant et surtout à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Yeux arrachés, seins coupés pour les femmes détenues

Par exemple, lorsqu’il est devenu évident que l’invasion allemande de l’Estonie allait réussir, les prisonniers politiques qui ne pouvaient pas être évacués ont été exécutés par l’Armée rouge afin qu’ils ne puissent pas entrer en contact avec le gouvernement nazi. Plus de 300.000 habitants de l’Estonie, soit près d’un tiers de la population de l’époque, ont été touchés par les déportations, les arrestations, les exécutions et autres formes de répression. À la suite des représailles soviétiques, l’Estonie a perdu de façon permanente au moins 200.000 personnes, soit 20 % de sa population.

Après l’occupation de la Lettonie voisine par les troupes soviétiques en 1940, des milliers de personnes ont été arrachées à leurs foyers, chargées dans des trains de marchandises et emmenées en Sibérie. Des familles entières, des femmes, des enfants et des personnes âgées ont été envoyés dans des camps de travail. Entre 1940 et 1941, des milliers de Lituaniens ont également été arrêtés et des centaines de prisonniers politiques ont été arbitrairement exécutés par les Soviétiques.

La Pologne a encore plus souffert, si c’était possible. En septembre 1939, l’Armée rouge envahit la Pologne orientale. La torture a été largement utilisée dans plusieurs prisons, notamment dans celles situées dans de petites villes. À Bobrka, des prisonniers ébouillantés à mort ; à Przemyslany, on a coupé le nez, les oreilles et les doigts des gens et on leur a arraché les yeux ; à Czortków, on a coupé les seins des détenues ; et à Drohobycz, les victimes ont été attachées ensemble avec du fil barbelé. Des atrocités similaires ont eu lieu à Sambor, Stanisławów, Stryj et Złoczów. Au moins un tiers des 320.000 Polonais capturés par l’Armée rouge en 1939 ont été assassinés.

Après la conquête de Berlin par l’Armée rouge en 1945, des filles allemandes âgées de huit ans seulement ont été violées.

Lorsque les Allemands sont chassés de Pologne à la fin de 1944, leur règne de terreur est remplacé par une deuxième vague d’oppression soviétique avec l’avancée des troupes de l’Armée rouge. Les soldats soviétiques étaient souvent impliqués dans des pillages, des viols et d’autres crimes contre les Polonais, ce qui a amené la population à craindre et à haïr le régime. La plupart des victimes ont été déportées dans les goulags de la région de Donetsk. C’était une pratique soviétique courante d’accuser leurs victimes d’être des fascistes afin de justifier leur condamnation à mort. La perversion de cette tactique soviétique résidait dans le fait que pratiquement tous les accusés avaient en fait combattu les troupes de l’Allemagne nazie sur place.

L’ampleur du viol des femmes polonaises en 1945 par les « libérateurs » russes a entraîné une pandémie de maladies sexuellement transmissibles. Bien que le nombre total de victimes reste une question de conjecture, les archives de l’État polonais et les statistiques du ministère de la Santé indiquent qu’il pourrait être supérieur à 100.000. À Cracovie, l’entrée des Soviétiques dans la ville s’est accompagnée de viols massifs de femmes et de jeunes filles polonaises.

Après l’offensive de l’hiver 1945, des vagues massives de viols commis par des soldats soviétiques ont eu lieu dans toutes les grandes villes capturées par l’Armée rouge. Des femmes ont été violées par des dizaines de soldats pendant la « libération » de la Pologne. Dans certains cas, les victimes qui ne se cachaient pas dans les sous-sols toute la journée ont été violées jusqu’à 15 fois. Selon l’historien Antony Beevor, après la conquête de Berlin par l’Armée rouge en 1945, les troupes soviétiques ont violé des femmes et des filles allemandes âgées de huit ans seulement. Les soldats de l’Armée rouge ont même violé des femmes qui avaient été libérées des camps de concentration.

Des filles ont été enlevées et emprisonnées, violées à plusieurs reprises et parfois assassinées

Lorsque les Soviétiques ont finalement revendiqué la victoire sur les Allemands à Budapest, ils ont organisé une orgie de violence dans la capitale hongroise, avec des exécutions sans discernement et des viols collectifs. Les estimations du nombre de victimes vont jusqu’à 200.000. Les jeunes filles hongroises étaient enlevées et emmenées dans les quartiers de l’Armée rouge, où elles étaient enfermées, violées à plusieurs reprises et parfois assassinées. La même chose s’est produite au moment de la « libération » en Roumanie, en Tchécoslovaquie et en Yougoslavie.

Pendant l’invasion de la Mandchourie (1945), des soldats soviétiques et mongols ont attaqué et violé des civils japonais. Dans un exemple célèbre, lors du massacre de Gegenmiao, des soldats soviétiques, encouragés par la population chinoise locale, ont violé et massacré plus de mille femmes et enfants japonais.

35 ans plus tard, les Soviétiques allaient mener un règne de terreur de dix ans en Afghanistan pendant leur occupation. Pour séparer les moudjahidines de la population locale et éliminer leur soutien, l’armée soviétique a tué et expulsé des civils, et a utilisé la tactique de la terre brûlée pour empêcher leur retour. Les troupes russes ont disséminé des pièges, des mines et des produits chimiques dans tout le pays. L’armée soviétique tuait au hasard des combattants et des non-combattants pour s’assurer la soumission de la population locale. Les troupes soviétiques enlevaient les femmes afghanes dans des hélicoptères et les emmenaient dans des garnisons pour les violer. Les femmes qui étaient enlevées et violées par les soldats russes étaient considérées comme « indésirables » par leurs familles lorsqu’elles rentraient chez elles. La même chose s’est produite pendant la première et la deuxième guerre en Tchétchénie.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20