Les actions et les maisons sont-elles trop chères ? La Banque centrale européenne le pense

La Banque centrale européenne (BCE) met en garde contre les bulles sur les marchés boursiers et immobiliers dans un rapport semestriel sur la stabilité financière.

Pourquoi est-ce important ?

En raison de la politique de taux d'intérêt bas de la Banque centrale européenne, de plus en plus d'épargnants et d'investisseurs cherchent des alternatives aux livrets d'épargne à faible taux d'intérêt. Dans notre pays, la plupart des banques n'offrent qu'un taux d'intérêt d'épargne de 0,11 %. Ces dernières années, de nombreux investisseurs se sont tournés vers les marchés boursiers et immobiliers. Cela a entraîné une forte augmentation du prix des actions et des biens immobiliers.

Le régulateur s’inquiète de l’évaluation de certains actifs, notamment les actions et les biens immobiliers. Dans son rapport semestriel, la BCE note que ces valorisations ont fortement augmenté en raison des politiques monétaires accommodantes, des mesures de relance et de la réouverture des économies mondiales après les périodes de confinement. La BCE ajoute que « la prise de risque par les non-banques et l’augmentation de la dette des gouvernements et des entreprises s’accumulent. »

Surévaluation des marchés immobiliers

Dans le rapport, le régulateur souligne qu’il existe de plus en plus de preuves que les marchés immobiliers sont surévalués et que le risque d’une correction des prix à moyen terme a considérablement augmenté. Selon la BCE, le prix moyen de l’immobilier résidentiel dans la zone euro a augmenté de 7,3 % au cours du deuxième trimestre de cette année, soit la plus forte hausse depuis 2005.

La BCE met également en garde contre l’impact de la hausse des taux d’intérêt. « En particulier, les ménages ayant des hypothèques à taux variable ou des hypothèques à taux fixe bloquées pour une période limitée sont exposés à une hausse inattendue des taux d’intérêt, ce qui pourrait avoir un impact négatif sur leur capacité à rembourser leur dette », indique le rapport.

Une correction boursière en vue ?

Luis de Guindos, le vice-président de la BCE, n’exclut pas la possibilité d’une correction boursière prochaine. « Les valorisations des actions et des actifs risqués ont fortement augmenté, ce qui les rend plus sensibles aux corrections », a déclaré le vice-président.

« Il existe des exemples d’acteurs établis du marché qui explorent des investissements nouveaux et plus exotiques. Parallèlement, les marchés du logement de la zone euro ont connu une croissance rapide, avec peu de signes de resserrement des conditions de crédit en réaction », poursuit-il dans le rapport.

Le régulateur bancaire européen EBA, par exemple, a récemment demandé l’abolition du mandat hypothécaire dans notre pays. Grâce à un tel mandat, vous pouvez réduire les frais de notaire. Mais cela signifie que la banque ne prendra pas immédiatement une hypothèque sur votre maison. Cela comporte donc des risques supplémentaires pour le prêteur.

En septembre, la BCE a annoncé un ralentissement modéré des achats de titres de créance. Christine Lagarde, la présidente de la BCE, n’a pas utilisé le terme « tapering ». Elle a parlé d’une reprogrammation. La BCE reste convaincue que l’inflation élevée n’est que temporaire. En octobre, l’inflation a atteint 4,1% dans la zone euro, soit le niveau le plus élevé depuis juillet 2008.

Plus
My following
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20