Plus de 40 % des investisseurs s’attendent à une crise financière dans l’année

Les investisseurs ne regardent pas vraiment l’avenir en rose. Le baromètre des investisseurs publié par la grande banque ING montre que quatre investisseurs sur dix s’attendent à une crise financière dans l’année.

Pas moins de 41 % des investisseurs interrogés pensent que nous serons confrontés à une crise financière au cours de l’année prochaine, révèle le baromètre des investisseurs d’ING. 7 % des personnes interrogées estiment même que cette menace sera plus importante en 2022 qu’en 2021. Seuls 14 % des répondants pensent qu’il y a une faible probabilité que nous soyons confrontés à une crise financière au cours des 12 prochains mois.

La crainte d’une crise financière est liée, entre autres, à la pandémie. Cette crise sanitaire a entraîné une grande incertitude, et il est apparu clairement ces dernières semaines que la pandémie est loin d’être terminée. En outre, 37 % des investisseurs sont convaincus qu’une nouvelle pandémie, pire que celle de la COVID-19, apparaîtra dans les cinq prochaines années.

Pessimiste quant à la croissance économique

Les investisseurs sont également plus pessimistes quant à la croissance économique de notre pays. Le nombre de répondants qui voient un ralentissement de l’économie belge au cours des trois derniers mois a fortement augmenté pour atteindre 37 %. Pour la première fois depuis avril de cette année, il y a à nouveau plus d’investisseurs belges qui voient l’économie ralentir que d’investisseurs qui voient une tendance économique plus positive. Ce chiffre s’élève à 36 %, soit une différence minime.

Le nombre croissant de répondants qui voient un ralentissement de la croissance économique a également un impact sur les perspectives. En septembre, 48 % des investisseurs étaient convaincus que la croissance allait s’accélérer dans les mois à venir. En octobre, ce chiffre est tombé à 36 %. C’est à peine plus que les 34 % qui s’attendent à un ralentissement de la croissance dans les mois à venir.

« La hausse des chiffres de la COVID-19 et les prix élevés de l’énergie sont susceptibles d’avoir pesé sur les attentes économiques. Pourtant, près de la moitié des investisseurs (47 %) s’attendent à ce que l’économie belge se comporte mieux en 2022 qu’en 2021. Seuls 23 % d’entre eux voient une moins bonne année à venir », déclare Peter Vanden Houte, économiste en chef chez ING Belgique.

Préoccupations concernant les pensions

Enfin, le baromètre de l’investissement montre également que seuls 23 % des investisseurs interrogés s’attendent à ce que le gouvernement parvienne à réformer le système des retraites de manière à ce que chacun puisse bénéficier d’une retraite décente. 56 % craignent que la pension légale soit insuffisante. Parmi les répondants âgés de moins de 55 ans, ce chiffre atteint même 70 %.

Selon 80 % des investisseurs, il est très important de posséder sa propre maison à la retraite. En outre, 77 % des personnes interrogées pensent qu’elles devraient absolument participer à l’épargne-pension déductible des impôts tant qu’elles travaillent.

Plus
My following

Analyse boursière: les ambitions de Greenyard offrent des possibilités de révisions à la hausse

07/12/2021 09:04

(ABM FN) Les nouveaux objectifs de Greenyard permettent d'ajuster à la hausse les évaluations pour l'entreprise de fruits et légumes. C'est ce qu'a rapporté mardi l'analyste Fernand de Boer de Degroof Petercam.

Greenyard a l'ambition d'augmenter son chiffre d'affaires d'environ 650 millions d'euros pour atteindre 5 milliards d'euros au cours de l'exercice 2024/2025. Cela implique un taux de croissance annuel composé de 5 pour cent.

Lire plus...
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20