La presse allemande attaque Lagarde : « Madame Inflation »

La politique attentiste de la Banque centrale européenne (BCE) est de plus en plus critiquée en Allemagne, le pays le plus important de la zone euro. Le magazine populaire Bild a même lancé une attaque personnelle contre la présidente Christine Lagarde.

« Les prix augmentent de plus en plus vite – et beaucoup de gens craignent que cela dure longtemps. La présidente de la BCE, Christine Lagarde, pourrait apaiser ces craintes. Pourquoi ne fait-elle rien ? », écrit Florian Schmidt, leader d’opinion du portail d’information t-online. Ce n’est qu’un des nombreux commentaires allemands sur la politique – ou la non-politique, si vous préférez – de la Banque centrale européenne.

Les commentateurs de nos voisins de l’Est font généralement le même constat : avec la hausse actuelle de l’inflation, ce sont les épargnants et les retraités qui souffrent parce que les taux d’intérêt ultra-bas les empêchent d’obtenir le fonds de réserve annuel sur lequel ils auraient pu compter. Mme Lagarde pourrait freiner l’inflation en resserrant la politique monétaire de la BCE et en augmentant les taux d’intérêt, mais elle ne le fait pas. « Au grand dam des épargnants allemands », a rapporté la presse allemande.

Chanel

Bild, le journal le plus populaire d’Allemagne, va plus loin et attaque Lagarde personnellement. Elle n’est pas seulement appelée « Madame Inflation », mais aussi « Luxe Lagarde » et « Chanel-Frau« . Il s’agit d’une référence à son penchant pour la haute couture de la luxueuse marque de mode française.

« Elle aime porter la mode de luxe (notamment Chanel), gagne près de 40 000 euros par mois, mais les préoccupations des gens ordinaires ne semblent pas la concerner. Christine Lagarde (65 ans) fait fondre les taux d’intérêt, les salaires, l’épargne et les retraites », écrit Bild, qui avait auparavant également qualifié de « catastrophe » le départ inattendu du partisan de la ligne dure allemande Jens Weidmann.

Une forte inflation est bénéfique pour les gouvernements dont la dette nationale est élevée, car cette dette pèse moins en termes réels et est plus facile à rembourser. Ce que les commentateurs allemands craignent, c’est que l’épargnant allemand soit sacrifié aux intérêts des pays « latins » de la zone euro, dont la dette publique est élevée.

Plus
My following

Un agenda peu chargé pour la semaine boursière à venir

05/12/2021 15:18

(ABM FN) La semaine prochaine, l'agenda des investisseurs sera peu rempli, bien que cela ne signifie pas nécessairement que les investisseurs auront une semaine tranquille, avec toute l'incertitude entourant le coronavirus et la future politique monétaire des banques centrales.  

La nouvelle variante omicron du virus est en augmentation, tandis que de nombreux pays sont à nouveau confrontés à des courbes d'infection et d'hospitalisations élevées dans cette pandémie.

Lire plus...
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20