Les actions affichent des gains à deux chiffres pour la troisième année consécutive

Les politiques monétaires des banques centrales et les nombreux plans de relance octroyés pendant la pandémie sont considérés comme un « puissant moteur » pour les marchés mondiaux. Des freins potentiels à cette tendance haussière se dessinent cependant à l’horizon.

Les marchés boursiers mondiaux ont clôturé l’année 2021 avec des gains à deux chiffres pour la troisième année consécutive. Cela s’explique principalement par l’orientation accommodante de la politique monétaire maintenue par les banques centrales pendant la majeure partie de l’année, mais aussi par un « raz-de-marée » de mesures de relance budgétaire destinées à aider l’économie à se remettre de la crise sanitaire. C’est ce qu’écrit le Financial Times (FT) à la veille du 1er janvier.

L’indice boursier FTSE All-World, qui couvre plus de 3.100 entreprises dans 47 pays depuis 1986, a progressé de 16,7% en 2021, dépassant le gain de 14,1% enregistré fin 2020. Toutefois, la superproduction absolue reste l’année 2019, juste avant la crise sanitaire, où le même indice a enregistré une hausse de 24%.

Garder un œil sur Omicron

L’année 2021 a été une année optimiste pour de nombreux investisseurs en raison du déploiement rapide des vaccins contre le Covid-19. La poursuite de la vaccination pourrait entraîner un choc de la demande sur les marchés et devrait également entraîner une forte reprise économique, note le FT.

« Cela a été incroyable. La politique monétaire, les mesures de relance budgétaire et le déploiement des vaccins ont été de puissants moteurs pour les actions », a déclaré au journal économique Kristina Hooper, chef de la stratégie des marchés mondiaux chez Invesco, une société d’investissement.

Les investisseurs peuvent envisager l’année 2022 avec un optimisme prudent quant à la poursuite de la tendance actuelle à la hausse. Cependant, les cas de Covid-19 continuent d’augmenter rapidement dans le monde. Le 30 décembre, près de 2 millions d’infections ont été constatées dans le monde, soit le nombre le plus élevé jamais atteint dans l’histoire de la pandémie.

Cela aura sans aucun doute un impact sur les chaînes d’approvisionnement mondiales, les performances des entreprises et les coûts de production de toutes sortes de biens. Cependant, pour l’instant, il semble que le variant omicron provoque des symptômes plutôt légers, ce qui peut être une nouvelle très positive.

Politiques monétaires plus strictes des banques centrales

En même temps, le resserrement de la politique monétaire des banques centrales pour contenir la hausse des taux d’inflation pourrait être un facteur négatif pour l’année à venir.

La Fed américaine prévoit de relever les taux d’intérêt trois fois cette année, afin d’atténuer les pressions inflationnistes. La Fed a également présenté un plan visant à accélérer la fin de son programme d’achat d’obligations de l’ère de la pandémie. Elle avait l’habitude de débloquer environ 120 milliards de dollars par mois à cette fin.

La poursuite de l’envolée vertigineuse de toutes sortes de cours boursiers et de cryptomonnaies, par rapport à d’autres actifs comme l’or, signifie bien que les actions devraient conserver leur attrait en 2022. Toutefois, l’évolution des politiques monétaires des banques centrales et l’issue de la pandémie seront suivies avec une certaine trépidation.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20