Le vaccin dont personne ne parle qui est devenu le nouveau chouchou aux États-Unis

(Isopix)

Les États-Unis ne peuvent aujourd’hui compter que sur trois vaccins. Le sérum d’AstraZeneca ne sera finalement pas distribué. Et celui de Johnson & Johnson, bien qu’il soit à nouveau autorisé par la FDA, fait peur à la population américaine. Le président Joe Biden a donc fait savoir mardi qu’il tournait ses espoirs vers le vaccin de Novavax.

La firme Novavax prépare son vaccin depuis le début de l’épidémie de Covid-19. Celui-ci repose sur une nouvelle technologie basée sur la protéine spike du Sars-Cov-2, mais purifiée. Tout comme la plupart des vaccins contre le Covid-19, le sérum nécessite deux doses, espacées de trois semaines.

L’entreprise en est aux essais cliniques de phase 3 et les premiers résultats sont encourageants. Le vaccin Novavax serait efficace à 96% contre le virus de base et à 86% contre le variant découvert au Royaume-Uni. Toutefois, face au variant venu d’Afrique du Sud, il ne protège qu’à 49%. La firme cherche à adapter son vaccin à ce variant.

Le gros avantage de ce sérum est qu’il peu être facilement distribué. Il peut être conservé pendant 3 mois dans un simple frigo. Il serait également beaucoup moins cher que plusieurs de ses pairs. Il pourrait donc être essentiel pour vacciner les populations plus éloignées des chaines de productions.

Pourquoi ce vaccin est attendu?

Le vaccin Novavax est très attendu, car il pourrait venir faire l’appoint suite aux rares problèmes de caillots sanguins liés aux produits AstraZeneca et Johnson & Johnson. Ces derniers font désormais peur à une partie de la population, qui préfère éviter de se faire vacciner. En Belgique, le centre d’Arlon a d’ailleurs fait face à un manque de réservation lorsque les doses livrées venaient d’AstraZeneca. Aux États-Unis, le vaccin britannique n’est pas distribué. Le produit de Johnson & Johnson, qui est à nouveau autorisé depuis le début de la semaine, est lui redouté. Le vaccin Novavax, qui ne montre pas, pour l’instant, d’effets secondaires graves, pourrait venir renforcer la vaccination en rassurant la population.

En outre, mardi soir, Joe Biden a annoncé attendre le vaccin Novavax, dans le cadre de la distribution de vaccins aux pays à faibles revenus. ‘Le problème est que nous devons maintenant nous assurer que d’autres vaccins comme Novavax et d’autres arrivent, probablement’, a expliqué le président américain. Cette annonce a fait bondir le cours boursier de Novavax qui a pris 16% pendant la nuit.

La firme Novavax a déjà signé un accord de livraison de 100 millions de doses pour les États-Unis et de 51 millions de doses avec l’Australie. L’entreprise a également promis 1,1 milliard de doses pour les pays à faible ou moyen revenu, comme l’Inde. L’Union européenne serait également en discussion avec Novavax. Mais selon une source anonyme de Reuters, la firme ferait trainer les négociations pour rallonger le temps de livraison.

Production difficile

Comme tous les vaccins, Novavax connait déjà quelques problèmes dans sa production. Toutefois, pour s’assurer d’être capable de respecter ses engagements, l’entreprise a créé des partenariats avec d’autres géants pharmaceutiques. Par exemple, GSK va produire 60 millions de doses au Royaume-Uni, le Serum Institute of India pourra normalement produire jusqu’à 2 milliards de doses par an.

L’entreprise devrait demander une autorisation à l’autorité américaine dans les prochaines semaines. Le vaccin Novavax pourrait être alors disponible sur le marché avant la fin du premier semestre 2021. La firme est également en train de tester un vaccin combiné contre la grippe et le Covid-19 qui pourrait être fortement utile si le virus devait nécessiter une vaccination annuelle.

En savoir plus: