Le salaire de l’incroyable Nina Derwael représente 0,06 % du salaire de Kevin De Bruyne. N’y a-t-il personne pour remettre cela en question ?

Elle l’a fait. Nina est un pur diamant. Ses 32 heures d’entraînement par semaine pour réaliser ses ultimes mouvements dans sa discipline d’excellence ont porté leurs fruits. La chair de poule. Jusqu’à ce que vous lisiez qu’elle gagne 1 200 euros… par mois. La question n’est pas de savoir si elle est payée trop peu. C’est évident. La vraie question est de savoir si le salaire de Kevin De Bruyne est justifié : 2.908 euros… par heure.

C’est une question dont la plupart des commentateurs se méfient. Les salaires absurdes des footballeurs de haut niveau sont occultés par un certain nombre d’arguments émotionnels et de raisons financières peu convaincantes – pas vraiment étudiées.

Certainement pas les efforts qu’ils font

Les efforts consentis ne sont certainement pas une base de calcul. Si vous écoutez Remco Evenepoel, qui est passé du football au cyclisme, il s’entraîne désormais 3 fois plus, ce qui correspond au nombre d’heures d’entraînement de Nina. Cela signifierait que Nina devrait gagner 75 millions d’euros par an. Après tout, Kevin gagne un peu plus de 25 millions d’euros par an.

Venons-en aux arguments rationnels

La première est la valeur marchande. Il y a toujours un cheik qui peut payer plus. Alors « pourquoi pas ? » crient à l’unisson les agents de football. L’autre argument avec lequel les parties intéressées agitent leurs bras est un peu plus subtile. C’est le fait que ces joueurs de haut niveau apportent un plus au club de football qui les a engagés. C’est de l’argent comptant. Ils sont le facteur X.

Examinons ces 2 arguments et voyons s’ils ont un sens pour Kevin De Bruyne et son club Manchester City.

L’Europe capitaliste contre l’Amérique socialiste

Tout d’abord, nous pensons toujours à tort que l’Europe est un continent plus juste socialement que l’Amérique. La réalité est qu’il n’y a pas de plus grand champ de bataille capitaliste que le football européen, où il n’y a aucun contrôle. Les récentes règles du fair-play financier ont tracé certaines lignes pour éviter les excès. Pourtant, nous sommes loin du système des rémunérations réglementées appliquées aux États-Unis.

Aux États-Unis, il existe un plafond salarial qu’aucune équipe ne peut dépasser et qui est fixé pour chaque saison. Cela s’applique à toutes les ligues majeures : MLB (baseball), NFL (football américain) et NBA (basketball). Cela signifie qu’il y a un montant maximum d’argent qui peut être dépensé en salaires. Ce plafond salarial est le même pour tous les clubs. Cela évite la situation – comme c’est le cas en Europe – où quelques clubs dominent la compétition et où vous avez toujours les mêmes gagnants. Au cours des quatre dernières saisons, la NBA et la NFL ont eu quatre vainqueurs différents. Dans la MLB, il y a eu jusqu’à neuf vainqueurs différents au cours des neuf dernières années.

En NBA, les Phoenix Suns ont remporté le titre cette année pour la première fois en 28 ans (EFE/Isopix).

Les règles du fair-play financier en Europe partaient d’une bonne intention et permettaient de limiter la concurrence déloyale. Le gros problème, cependant, s’est avéré être que les clubs riches ont toujours fait tout ce qu’ils pouvaient pour contourner ces règles, alors qu’aux États-Unis, les clubs ont convenu collectivement de lutter contre la concurrence déloyale. Les grands clubs américains gagnent donc beaucoup d’argent chaque année, alors qu’en Europe, ils doivent se contenter d’un petit bénéfice.

Les PDG des sociétés cotées en bourse en savent quelque chose

Ce sont les intermédiaires, les courtiers, qui maintiennent ce système improbable. Les propriétaires de clubs sont heureux de participer parce qu’ils ne peuvent pas s’en débarrasser ou parce que cela leur rapporte. Car ce n’est rien d’autre qu’un système. Un mécanisme pervers similaire se retrouve dans la détermination de la rémunération des PDG des grandes entreprises cotées en bourse, où l’étalonnage permet de maintenir le système.

Le benchmarking est une astuce ingénieuse qui ne tient pas compte de ce que le PDG a apporté à l’entreprise, au bien-être de la société et à ses employés. Le comité de rémunération préfère regarder ce que le patron gagne face à la concurrence.

L’insupportable charge salariale

Ces salaires hors de contrôle méritent une autre approche. Comparons la plus grande ligue des États-Unis – la NBA – avec nos meilleures ligues de football. En moyenne, les clubs de basket-ball américains versent 58 % de leurs salaires en traitements. Les meilleures équipes de la NBA n’accordent que 52 % de leurs revenus aux salaires.

Si nous examinons ensuite les principales ligues de football européennes, nous constatons qu’avant la pandémie – la situation s’est considérablement détériorée depuis, mais nous n’en tenons pas compte dans notre analyse – les clubs allemands étaient les plus économes. 54 % des revenus sont consacrés aux salaires. Les Espagnols ont dépensé 62 %, les Italiens 70 % et les Français un improbable 73 %. Le FC Barcelone remporte la palme parmi les clubs. Lors de la saison 2018-2019, 83 % sont allés sur les comptes bancaires de leurs joueurs. Il ne faut pas s’étonner que le club catalan flirte avec la faillite.

Credit: Christian Liewig/ABACAPRESS.COM/Isopix

Le deuxième mythe : la contribution des footballeurs de haut niveau à la rentabilité des clubs

Nous avons calculé pour vous deux ratios – sur la base des comptes de profits et pertes disponibles – qui indiquent si l’arrivée de Kevin De Bruyne, la plus grande star du plus grand championnat de football du monde, a été rentable pour Manchester City. Nous faisons abstraction de la valeur créée pour l’actionnaire, qui, dans le contexte actuel, grâce à l’explosion des marchés boursiers, est élevée pour tous les clubs et entreprises. En regardant ce paramètre, le propriétaire Sheikh Mansour – s’il vend aujourd’hui – a fait une bonne affaire. Nous examinons maintenant les bénéfices que cette entreprise génère.

Quels bénéfices ?

Manchester a enregistré une belle croissance de son chiffre d’affaires depuis 2015, qui durait depuis plusieurs années. Ce montant est passé de 398 millions de livres sterling pour la saison 2015-2016 à 535 millions de livres sterling pour la saison 2018-2019.

Toutefois, si nous examinons maintenant le profit qui a été tiré de cette situation, nous voyons une image différente. Ici, il faut regarder la marge bénéficiaire nette. Les analystes calculent ce ratio en divisant le bénéfice après impôt par le chiffre d’affaires. Nous remarquons ensuite que pour chaque 100 livres de chiffre d’affaires, Manchester City réalise 1,7 livre de bénéfice. Dans d’autres secteurs, ce ratio fluctue entre un faible 10 % et un fort 20 %. Celle de City a à peine atteint 1,7 % lors de la saison 2018-2019. Lorsque Kevin a pris ses fonctions pour la première fois lors de la saison 2015-2016, c’était encore un bon 5%. Pas vraiment en amélioration donc.

[*Note de bas de page : Nous faisons encore abstraction du résultat financier minable de la saison 2019-2020, un résultat Covid-19, où le club a réalisé une perte de 126 millions de livres sterling].

Kevin De Bruyne lors d’un match de Manchester City contre Aston Villa. – Isopix

Le très faible rendement du capital investi

Le deuxième ratio est le fameux rendement du capital, qui est calculé en comparant le bénéfice avec le capital investi. Ce ratio nous indique combien l’argent qui a été investi rapporte réellement. Ici, Manchester City réalise un fantastique… 0,6%. Ils ont réalisé un bénéfice de 10 millions de livres en 2018-2019 sur un capital investi, dette comprise, d’un peu plus de 1,4 milliard de livres. Là encore, 10% est le minimum pour toute entreprise qui se respecte. Une entreprise de premier plan atteint même 20 %.

Les meilleurs footballeurs ne sont pas synonymes de meilleurs rendements

Il est donc difficile d’affirmer que l’achat d’un footballeur de haut niveau rend une entreprise de football plus efficace financièrement. Kevin De Bruyne ne l’a certainement pas fait pour Manchester City. Les salaires exorbitants de Messi ont conduit le FC Barcelone à la faillite. Depuis que Ronaldo joue pour la Juventus de Turin, les chiffres des bénéfices se sont effondrés là aussi. Ils sont passés d’une légère perte de 10 millions d’euros pour la saison 2017-2018 à 27 millions d’euros pour la saison 2018-2019, sans parler de la saison corona 2019-2020, où la perte s’est creusée pour atteindre un peu moins de 90 millions d’euros. Pour atteindre plus de 141 millions lors de la saison 2020-2021, négatif bien sûr.

Cette analyse n’est pas un reproche personnel au meilleur footballeur belge du moment. Il mérite d’être félicité. Mais nous devrions cesser de prétendre qu’il existe une raison valable pour cette différence de salaire entre nos différentes stars du sport.

Personne ne peut expliquer avec la meilleure volonté du monde pourquoi Kevin gagne 1,766 fois plus que Nina. Ou pourquoi Nina ne gagne que 0,06 % du salaire exorbitant de notre footballeur vedette. En tant que société, nous devons continuer à nous poser des questions à ce sujet, d’autant plus que le débat sur l’inégalité va devenir de plus en plus fort.


L’auteur Xavier Verellen est directeur de QelviQ, une société spécialisée dans l’Internet des objets (www.qelviq.com)

D’autres opinions de Xavier Verellen:

Plus
Lire plus...
Marchés