« Here we are now, entertain us ! » : les géants du divertissement contribuent à deux pandémies insolubles

Pendant le confinement, la consommation de divertissement a augmenté de façon spectaculaire. Pourtant, nous ne sommes qu’au début de l’assaut sur notre temps libre par des géants du divertissement tels que Netflix et Disney. Cette pression toujours plus forte signifie que les deux nouvelles pandémies, l’info-bésité et l’obésité, vont monter en puissance. Notre santé n’a jamais été aussi menacée.

Notre plus grand concurrent ? Dormez !

Le big boss de Netflix a fait une déclaration en 2017 qui met en lumière le côté sombre du business clinquant du divertissement. Lors d’une séance de questions-réponses avec les investisseurs, au sujet des concurrents potentiels, il a écarté le danger que représentent HBO, Disney ou Apple. Il a senti qu’il y avait un véritable ennemi pour son entreprise : le sommeil dont ses clients ont besoin. « Vous savez, pensez-y, quand vous regardez une série sur Netflix et que vous en devenez accro, vous veillez tard le soir. En fait, nous sommes en concurrence avec le sommeil », a-t-il expliqué le visage impassible.

Le PDG de Netflix, Reed Hastings, lors d’une entrevue avec Emmanuel Macron, le président français, en janvier de l’année dernière. (PIERRE VILLARD/SIPA/ISOPIX)

Les chiffres sont tout simplement impressionnants

Toutes les formes de divertissement explosent. Depuis que nous avons commencé à travailler à la maison, nous avons 15% de temps libre en plus, principalement en raison de la suppression des trajets domicile-travail. Nous ne consacrions pas la majeure partie de notre temps à des activités saines telles que la marche, le jardinage ou le temps passé avec la famille et les amis, en partie parce que nous n’en avions pas la possibilité. Non, nous avons consacré la majeure partie de ce temps supplémentaire à la regarder des vidéos, à écouter de la musique, à jouer devant un écran et, fait remarquable, aux livres audio et aux podcasts. Ce sont ces deux dernières catégories en particulier qui ont fait une véritable percée.

Les Britanniques passent désormais cinq (!) heures par jour en ligne, les Américains regardent encore plus la télévision, comme si ce chiffre pouvait encore augmenter. Chaque semaine, 80 minutes ont été ajoutées.

Taux de croissance de toutes les formes de divertissement en 2020 (Midia)

Explosion des jeux et des applications

Dans le monde, 143 milliards d’applications ont été téléchargées, soit un quart de plus qu’un an auparavant. Le grand gagnant est bien sûr l’industrie du jeu vidéo. Nous avons tous passé en moyenne une heure supplémentaire par semaine sur toutes sortes de jeux vidéo. Sur les 143 milliards d’apps, 56 milliards concernaient des jeux, soit un tiers de plus qu’en 2019. Cela est principalement dû à la demande inépuisable de la génération Z. Les jeux deviendront bientôt la forme de média dominante.

Et comme si cela ne suffisait pas, nous avons passé 30 minutes de plus sur les actualités et 40 minutes de plus sur les médias sociaux. Nous sommes toujours étonnés de voir à quel point Facebook et ses acolytes manipulent notre dépendance.

Les excès de notre addiction aux écrans

La technologie en soi n’est ni bonne ni mauvaise. L’internet et les technologies de la communication sont des outils qui peuvent faire beaucoup de bien. Ils peuvent être le meilleur outil pour stimuler la créativité des gens grâce à une collaboration accrue et à la disponibilité des données dans le monde entier. Cependant, la réalité reste que les gens sont facilement distraits et manquent de discipline.

Bienvenue dans le monde des info-bèses et des obèses

La conséquence a déjà été largement documentée. Des « burn outs », la plus grande vague de dépression jamais enregistrée chez les jeunes et un énorme sentiment d’insécurité. Il n’y a jamais eu autant de solitude. Dans le même temps, notre soif d’informations, d’images, de likes et de vidéos de chats n’a jamais été aussi forte. L’infobésité est ce que certains experts appellent la nouvelle pandémie.

Mais l’effet sur notre santé physique est également dévastateur. Le patron de Levi Strauss, Chip Bergh, a été stupéfait de découvrir qu’en un an, 25 % de ses clients avaient une taille différente de celle qu’ils avaient avant la fermeture. L’obésité est en hausse.

Comme s’il n’y avait pas déjà assez de pandémies

Ce « boom » des écrans a donc contribué à alimenter la montée de l’infobésité et de l’obésité. Ces défis, ainsi que le changement climatique, vont dominer nos vies et le temps d’action de nos politiciens dans un avenir proche.

En 2030, par exemple, selon l’OMS, 89 % des femmes belges seront en surpoids, c’est-à-dire avec un IMC supérieur à 25, alors qu’en 2018, elles étaient à peine 43 %. Seuls les Bulgares feront pire que nous.

La pression de ces 2 nouvelles pandémies sur notre appareil sanitaire ne sera pas ponctuelle, et aura probablement dans les 10 prochaines années un effet bien plus important que celui du Covid.

Une nouvelle guerre a commencé pour votre attention

Car ne vous faites pas d’illusions. Netflix, avec ses concurrents Disney, HBO et Amazon, prépare la prochaine étape, écrit le Financial Times. Une guerre fait actuellement rage pour accélérer la création ou l’acquisition de contenus dans de nouveaux domaines. Tous les grands acteurs, en particulier les Américains, ont l’ambition de vous offrir, en tant que client, un programme de divertissement tout-en-un qui vous occupe 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. L’ambition n’est pas de faire un bon programme, de sauver la Terre ou d’augmenter le niveau d’éducation.

Non, l’objectif est de faire en sorte que vous n’éteigniez jamais votre écran et que vous restiez toujours avec eux. Jeux, podcasts, paris sportifs, toutes les formes de passe-temps seront réunies dans un même paquet, de sorte que les chances de s’ennuyer sont réduites à zéro.

Kurt Cobain l’avait déjà crié (Smells like teen spirit). Seulement, il ne s’attendait pas à ce que les grands du spectacle réalisent un travail aussi minutieux. Mens sana in corpore sano, était l’une des devises des Romains (Un esprit sain dans un corps sain). Cela semble appartenir au passé et c’est bien dommage.


L’auteur Xavier Verellen est actif dans le secteur de l’Internet des objets. Son premier livre, Human Park, sera bientôt publié.

Opinions de Xavier Verellen:

Plus
Lire plus...
Marchés