Le socialisme et les partis de droite sont à la mode, alors que les partis socialistes et les discours de droite sont à la rue

L’annonce par Joe Biden de son intention d’injecter 1.900 milliards de dollars dans l’économie américaine par le biais de la fiscalité est un nouveau pas étonnant dans la direction d’une économie contrôlée par l’État en Occident. Pour de nombreuses voix conservatrices sur le plan fiscal, il s’agit d’une nouvelle preuve que le socialisme a gagné la bataille.

Les partis socialistes sont en déclin dans les grandes démocraties. Presque partout, ils sont loin du pouvoir. C’est curieux car Karl Marx et les mantras sociaux n’ont jamais été aussi populaires, surtout chez les millennials. Ce qui est encore plus frappant, c’est que Joe Biden, de l’Amérique ultra-capitaliste, est en fait le seul dirigeant éminent d’un parti de gauche qui se trouve aux commandes. Dans toutes les autres grandes démocraties, les partis de centre-droit ou de droite font désormais le travail des socialistes.

Les partis socialistes ne se portent pas bien

Les sociaux-démocrates ont en fait évolué vers la marginalité ces dernières années. En Allemagne, le principal parti de gauche est désormais « Die Grünen » (Les Verts). En Italie, les populistes de droite traduisent les griefs des travailleurs et des classes sociales inférieures. Le même phénomène s’observe en Flandre. En Wallonie, on assiste à un retour de l’extrême gauche qui menace de renverser l’un des seuls bastions socialistes d’Europe. En France, la combinaison des populistes et du nouveau parti de Macron a mis la gauche en état de mort cérébral.

Des partis comme les Républicains aux États-Unis et la CDU et la CSU en Allemagne renient de plus en plus leurs propres racines. Les Tories en Angleterre remportent la palme et sont les caméléons de la politique. Ils sont tellement avides de pouvoir qu’ils sont prêts à tout, même à mettre en œuvre les doctrines les plus gauchistes. L’ultra-populiste Boris Johnson a brisé le Red Wall lors des dernières élections régionales pour de bonnes raisons, et a sévi contre le leader du parti travailliste Keir Starmer – un social-démocrate modéré dans la tradition de Tony Blair.

Le socialisme se porte très bien (partie 1)

Si l’on regarde les États-Unis – qui ne sont pas exactement le berceau du socialisme – on constate que les milléniaux prennent progressivement plus d’importance dans le débat économique que les boomers (nés après 1946) et la génération X (née après 1966). Les Millennials voient la richesse d’une manière très différente. Une enquête récente de l’institut conservateur Cato a révélé que 11 % des Américains sont indignés lorsqu’ils lisent des articles sur les super-riches. Chez les milléniaux, cependant, la moyenne est de 44 %. Plus de 53 % des milléniaux soutiennent fermement la redistribution des richesses, contre 20 % de la population en général. De plus, 35 % ont déclaré qu’ils trouvaient une révolution violente acceptable, contre une moyenne de 10 % pour l’ensemble de la population, ce qui reste un chiffre très élevé.

Les raisons en sont nombreuses, mais elles peuvent être attribuées au manque d’opportunités pour les jeunes et au fait que l’économie ne leur est pas si favorable. Plus que jamais, les riches s’enrichissent et il est de plus en plus difficile d’acheter un bien immobilier – la plus grande source de richesse d’aujourd’hui – quand on est jeune. Rutger Bergman, auteur à succès du livre De meeste mensen deugen (La plus part des gens sont bons) confirme dans une interview accordée à Humo que la gauche a toutes les chances de tenir un nouveau discours, et que la nouvelle génération y est très réceptive.

La pensée socialiste se porte étonnamment bien (partie 2)

Bien que les socialistes ne soient pas au pouvoir, beaucoup de leurs idées ont déjà été appliquées. Les banques centrales sont devenues les meilleures alliées des partis au pouvoir et sont le prêteur de dernier recours pour toutes les questions possibles concernant la monnaie. Après tout, les banquiers centraux peuvent créer quelque chose à partir de rien : de l’argent injecté dans l’économie sans beaucoup de conditions. La plupart des partis conservateurs – qui devraient normalement avoir dans ce cas-ci une aversion idéologique – l’ont remarqué le plus rapidement et se servent de cette fontaine d’argent.

Pour citer Rutger Bergman: « Les gens ne s’en rendent souvent pas compte, mais il y a dix ans, il s’agissait avant tout d’économiser de l’argent. Lorsque j’ai écrit pour la première fois sur le revenu de base universel en 2013, c’était pratiquement une idée oubliée. Maintenant, j’ai désactivé mon alerte Google sur le revenu de base, parce qu’elle me rendait folle ».

Joe Biden, maître stratège

Le super stratège Joe Biden est en fait l’exception qui confirme la règle. Les démocrates et leur électorat se sont remarquablement déplacés vers la gauche au cours de la dernière décennie.

Les icônes du parti, telles que l’irrésistible Elizabeth Warren et le toujours polémique Bernie Sanders, sont très suivies au sein du parti et ont fortement lié les principes politiques que le parti démocrate défend aujourd’hui. En conséquence, ils ont récupéré les 1.900 milliards de dollars de subventions avec leur président pour la transformation la plus radicale de l’économie américaine depuis FDR (Franklin D. Roosevelt). Trump avait déjà ouvert la voie et s’était montré très généreux.

Bart De Wever en loup solitaire

Peut-être que Bart De Wever est le dernier « conservateur » que nous connaissons dans notre pays. Ses idées sont fortement inspirées, comme on le sait, par Theodore Dalrymple, un médecin et psychiatre anglais qui a passé des années en Afrique et a ensuite travaillé dans le système pénitentiaire et le National Health Service (NHS). Sa conclusion est qu’une grande sous-classe a émergé, qui ne prend plus aucune responsabilité et est incapable de se prendre en charge à cause du filet social. Il en résulte un manque d’éducation affligeant pour un grand groupe de jeunes, la violence conjugale et un grand désavantage social. Tout cela contraste fortement avec la dynamique que le psychiatre a observée chez les Africains, beaucoup plus pauvres. Son analyse a fait l’objet de nombreuses critiques, mais ce qui est certain, c’est qu’elle représente au moins « quelque chose ».

Plus de place pour un parti de droite classique

On ne peut donc que constater qu’à l’heure actuelle, il n’y a plus de place pour un parti conservateur dans les grandes démocraties comme l’Italie, l’Allemagne, la France ou les États-Unis, qui s’engage pour des valeurs telles que l’autonomie, l’intervention minimale de l’État et l’éducation traditionnelle, dans la tradition des anciens républicains américains, que Trump a mis au ban. C’est regrettable car le corpus d’idées qui domine le débat politique aujourd’hui est très monotone. La seule différence entre les différents partis est la quantité d’argent injectée dans l’économie, de l’extrême gauche à l’extrême droite. « C’est l’économie stupide », a dit un jour Bill Clinton dans un moment de colère. Une leçon que tout le monde a pris à cœur.

Toutefois, cette création généreuse d’argent frais pose deux problèmes potentiels. La première est que, dans le monde occidental, nous entrons depuis un certain temps en territoire inconnu en ce qui concerne l’impression de monnaie. À l’exception des périodes des deux guerres mondiales où il s’agissait principalement de financer l’armement. Le deuxième problème est celui de l’aléa moral, lorsqu’il n’est plus très clair si les dettes devront un jour être remboursées.

Problème 1 : espérer le meilleur, se préparer au pire

La nouvelle génération d’économistes, dont Mariana Mazzucato et les partisans de la MMT (Modern Monetary Theory), est déjà convaincue qu’il n’y a rien de mal à créer ces milliers de milliards. Le changement climatique justifie également des mesures extrêmes – et nécessite absolument plus d’argent car tellement existentiel – mais la question se pose de savoir si ce « plus d’argent » sera le deus ex machina qui éliminera toute injustice. Et elles sont nombreuses, allant des inégalités de revenus et des migrations, à l’obésité et à l’épidémie mentale. Et elles ne semblent pas pouvoir être résolues facilement avec simplement beaucoup d’argent.

Espérons que le MMT – que les cyniques appellent l’arbre à argent magique – ne finira pas par paralyser l’économie réelle à cause d’une inflation galopante et d’investissements malavisés et non productifs. Le jury n’a pas encore délibéré.

Problème 2 : Qui va payer ?

Pour l’instant, beaucoup d’hommes politiques – et il est certainement possible de le comprendre pendant la pandémie – se comportent un peu comme le Père Noël. La dette publique en Belgique, par exemple, a atteint 114,1 % du PIB, soit 16 % de plus qu’il y a un an. En 1993, elle représentait encore 130 % du PIB. Tant que les taux d’intérêt restent bas, il n’y a probablement pas de quoi s’inquiéter et le remboursement devrait être possible. Mais cet argent devra bientôt être trouvé quelque part. Il n’est pas clair de savoir qui veut porter ce message amer à la population et aux entreprises. Bien sûr, les MMT’s répondront que ce n’est pas nécessaire et qu’il n’y aura aucun problème si cette dette publique continue à monter en flèche.

Une conclusion erronée

La conclusion que certains tirent n’est donc pas toujours la bonne. Non, il n’y a pas de manque de socialisme et non, il n’est pas vrai que le monde est devenu trop à droite. Au contraire, c’est l’inverse. Il manque, dans les grandes démocraties du monde occidental, un parti de droite classique représentant les valeurs conservatrices traditionnelles qui ont constitué la base de la croissance américaine après la Seconde Guerre mondiale.

Que l’on soit d’accord ou non avec ces opinions politiques, il est sain dans une démocratie que toutes les idéologies aient leur mot à dire. Depuis la crise du coronavirus et le MMT, cette chance s’est considérablement réduite.


L’auteur Xavier Verellen est actif dans le secteur de l’Internet des objets. Son premier livre, Human Park, sera bientôt publié.

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20