Le prix du pétrole peut-il remonter à 100 dollars le baril ?

Alors que les campagnes de vaccination atteignent leur vitesse de croisière, les économies rouvrent à un rythme d’escargot. Le prix a fortement augmenté au cours des derniers mois. Pourrait-on retrouver un baril à 100 dollars, autrefois désigné comme un prix plancher ? Mais c’était une autre époque.

Pourquoi est-ce important ?

Les prix du pétrole sont un indicateur important de l'état de l'économie mondiale. Pendant la crise du coronavirus, le prix a fortement chuté car de nombreuses entreprises et commerces ont dû fermer temporairement leurs portes. La demande a fatalement diminué. Maintenant que l'activité économique reprend lentement, le prix du pétrole augmente dans la foulée.
Le prix du baril de pétrole Brent de la mer du Nord est passé de 9,1 dollars à 75,6 dollars depuis le point bas atteint pendant la pandémie (21 avril). Cela représente une augmentation considérable de 730 %. Le prix du baril de pétrole WTI a même été négatif pendant un certain temps lors de la crise. Pendant un court moment, vous receviez 37 dollars si vous achetiez un baril de pétrole américain. Entre-temps, le prix est remonté à 75,1 dollars.
Évolution du pétrole Brent – Source : macrotrends.net

Jusqu’à 80 dollars le baril au troisième trimestre

Le fait que le prix du pétrole soit à nouveau en hausse n’est pas une surprise pour les analystes. Ils attribuent la hausse des prix à plusieurs facteurs, dont le déploiement des campagnes de vaccination, l’assouplissement des mesures corona et les réductions massives de la production par les pays de l’OPEP et des autres.

La banque américaine Goldman Sachs prévoit que le prix du baril de Brent atteindra 80 dollars au troisième trimestre, « avec des pics potentiels bien au-dessus de ce niveau si la demande augmente ». Son concurrent JP Morgan s’attend à ce que les prix du pétrole brut atteignent 80 dollars « de manière décisive » au cours des trois derniers mois de l’année.

Les analystes de Bank of America vont un peu plus loin et n’excluent pas que le prix du baril de Brent puisse atteindre 100 dollars d’ici l’été 2022.

Les trois principales agences de prévision au monde – l’OPEP, l’Agence internationale de l’énergie et l’Administration américaine d’information sur l’énergie – s’attendent à ce que la reprise induite par la demande s’accélère au second semestre 2021.

Quelques obstacles

Tamas Varga, analyste pétrolier chez PVM Oil Associates, a déclaré dans un commentaire à la CNBC que les stocks de pétrole mondiaux et régionaux ont diminué cette année, ce qui a soutenu les prix du pétrole. « Cette tendance se poursuivra pour le reste de l’année », a-t-il ajouté.

Dans l’interview, il a noté que la Réserve fédérale pourrait avoir un impact important sur les prix du pétrole. « Un resserrement soudain de la politique des taux d’intérêt aurait un impact négatif sur les prix du pétrole. Une décision du cartel pétrolier de l’OPEP d’augmenter la production au-delà de la demande pourrait également avoir un impact négatif sur le prix. Il en va de même si les membres de l’OPEP ne parviennent pas à absorber les barils iraniens lorsque le membre de l’OPEP du golfe Persique reviendra sur le marché », a-t-il précisé. M. Varga a toutefois ajouté que ce dernier scénario est très peu probable.

L’évolution de la crise sanitaire pourrait également affecter les prix du pétrole. Dans certains pays, le variant delta du virus est en augmentation, y compris ici en Europe. En conséquence, ces pays ou régions mettent à nouveau en œuvre des mesures strictes. À long terme, cela pourrait avoir un impact sur le prix du pétrole, surtout si de plus en plus de pays sont contraints de revenir sur leurs mesures d’assouplissement.

L’accord OPEP+ est reporté

Martijn Rats, analyste pétrolier en chef chez Morgan Stanley, a déclaré que les marchés du pétrole brut cherchaient en fait à ce que le prix du pétrole stoppe sa croissance. « C’est difficile à analyser, nous estimons que ce niveau oscille autour de 80 dollars le baril », a-t-il déclaré dans un commentaire à CNBC.

Jeudi, l’OPEP+ a choisi de reporter la décision d’augmenter ou non l’offre de pétrole. Des sources ont déclaré à Reuters que les Émirats arabes unis avaient bloqué un plan d’assouplissement immédiat des restrictions d’approvisionnement.

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés