Le prix du pétrole passe sous un seuil clé : « Mais ce n’est pas la fin de la croissance des valeurs énergétiques »

Le prix de référence américain du pétrole brut, le West Texas Intermediate (WTI), a plongé de près de 5 % lundi, à 93,89 dollars le baril. C’est la première fois depuis décembre de l’année dernière que le WTI s’est négocié sous sa moyenne mobile de 200 jours. Au moment où nous écrivons ces lignes, le WTI se négocie toujours en dessous de 90,76 dollars.

Pourquoi est-ce important ?

Les ruptures au-dessus ou au-dessous des moyennes mobiles peuvent donner aux investisseurs un signal des tendances de prix à venir.

Le principal prix du pétrole a peut-être chuté sous un seuil clé pour la première fois en sept mois, mais cela ne signifie pas la fin de la croissance des valeurs énergétiques. C’est ce qu’affirme le cabinet de recherche indépendant Bespoke, dans une note publiée mardi et rapportée par Business Insider.

La dernière période de dépassement de la moyenne mobile s’est étendue sur 152 jours de bourse et constitue la douzième plus longue période depuis le début des années 1980, selon le cabinet d’études. « En d’autres termes, le pétrole brut a connu une période assez faste ».

« Les actions énergétiques américaines ont augmenté de 39 % cette année »

Ce fameux mouvement de prix ne se traduira pas nécessairement par une baisse du secteur de l’énergie du S&P 500, suggère Bespoke. L’énergie a été le plus fort des 11 secteurs de l’important indice boursier jusqu’à présent en 2022.

Le S&P 500 est considéré comme un indicateur large car l’indice réunit les plus grandes actions américaines. Les actions des géants de l’énergie ExxonMobil, Conocophillips, Occidental Petroleum et Chevron, entre autres, y sont regroupées.

Les prix du WTI sont d’ailleurs toujours supérieurs d’environ 25 % à ceux de l’année dernière, et ces gains ont contribué à faire progresser le secteur de l’énergie du S&P 500 de 39 %. Le secteur des services publics du S&P 500 est le seul autre secteur à avoir progressé cette année, avec un gain de plus de 3 %.

Les investisseurs ont fait baisser le prix du pétrole en grande partie par crainte d’une récession. Le gouvernement américain a déclaré la semaine dernière que le produit intérieur brut (PIB) des États-Unis avait diminué de 0,9 %. Au premier trimestre, l’activité s’était contractée de 1,6 %, ce qui place techniquement la plus grande économie du monde sur la voie de la récession – bien qu’il y ait un grand débat sémantique aux États-Unis à ce sujet ces jours-ci.

Moyenne mobile

« Dans l’environnement actuel, voir les prix du pétrole chuter et passer en dessous de leur moyenne mobile quotidienne (DMA) de 200 jours conduirait beaucoup à spéculer sur le fait que les perspectives pour le pétrole et les actions liées au pétrole sont mauvaises, avec des perspectives plus positives pour le marché des actions plus large », note Bespoke. « Cependant, d’après l’expérience et surtout à court terme, c’est plutôt le contraire qui tend à se produire. »

Bespoke a mis en perspective la performance du secteur de l’énergie après que le pétrole WTI ait cassé les fourchettes au-dessus de son 200-DMA. En général, les actions dans le secteur de l’énergie ont continué à augmenter par la suite (au cours de mois différents pendant 6 des 11 années recensées).

Par ailleurs, il existe également des entreprises du secteur de l’énergie qui n’ont pas besoin de compter (ou moins) sur la hausse des prix du pétrole pour obtenir de bons résultats. Leurs actions sont approuvées par les experts en investissement.

« Un environnement peu favorable »

« La baisse des prix de l’énergie a toujours été accueillie avec satisfaction par les consommateurs, surtout dans un climat où l’inflation était la principale préoccupation des investisseurs. Mais les prix baissent pour l’une des deux raisons suivantes : soit une augmentation de l’offre, soit une diminution de la demande. Une augmentation de l’offre est une bonne chose pour tout le monde, sauf pour les producteurs d’énergie, mais une baisse de la demande indique un ralentissement de la croissance, ce qui n’est généralement pas un environnement favorable à la hausse des cours des actions », conclut le cabinet d’études.

(BL)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20