Le Premier ministre Edouard Philippe se dit ouvert aux discussions si ‘chacun bouge un peu’

(Martin Bureau/Pool Photo via AP)

Le Premier ministre français Edouard Philippe a donné un signe d’ouverture à la CFDT en qualifiant mardi de ‘bonne idée’ la proposition de conférence de financement, tout en appelant à ce que ‘chacun bouge un peu’ afin de parvenir à un ‘compromis’ sur la réforme des retraites.

‘Je suis ouvert à des discussions sur beaucoup de sujets et j’entends parfois d’excellentes idées’, a déclaré sur RTL le Premier ministre, au 34e jour consécutif de grève.

M. Philippe a ainsi répondu favorablement à Laurent Berger, le numéro un de la CFDT (Confédération française démocratique du travail), qui avait plaidé dimanche pour l’organisation d’une ‘conférence de financement’ du système de retraite distincte du projet de loi actuellement en préparation, alors que le syndicat reste opposé à l’instauration d’un âge pivot.

Lire aussi: La mobilisation en France bat un nouveau record et ne faiblit pas

‘Je ferai des propositions aux organisations syndicales dans deux heures qui nous permettront peut-être de donner un contenu, un calendrier, un mandat à cette conférence de financement, et donc d’avancer’, a poursuivi le Premier ministre, juste avant de se rendre au ministère du Travail où il doit introduire une rencontre multilatérale avec les organisations syndicales.

‘Pas une réforme irresponsable’

‘Je ne suis fermé sur aucune modalité’, a insisté le Premier ministre, tout en répétant son attachement au principe ‘qui veut que cette réforme (…) ne soit pas une réforme irresponsable’. ‘Je ne démords pas de cela’, a-t-il martelé.

‘L’équilibre du système doit être garanti’ et ‘je propose de le garantir par la mise en place d’un âge pivot’, a-t-il redit. ‘Mais si les organisations syndicales et patronales s’entendent pour un meilleur système, je le prendrai’, a-t-il de nouveau fait valoir, comme il l’a déjà fait lors de la présentation du projet le 11 décembre.

Le projet de loi du gouvernement qui vise à instaurer un système universel par points sera examiné en Conseil des ministres le 24 janvier, a par ailleurs confirmé M. Philippe.

Lire aussi: Pourquoi les français tiennent tellement à leur système des retraites