Le Pentagone veut un vaisseau spatial à propulsion nucléaire: c’est Blue Origin (Jeff Bezos) qui va s’en charger

Jeff Bezos, fondateur de Blue Origin. (AP Photo/Patrick Semansky)

L’agence de recherche et de développement du Pentagone a l’ambition de doter les Etats-Unis d’un vaisseau spatial à propulsion nucléaire, une technologie dans laquelle elle place de grands espoirs. Elle a confié la mission à trois agences, dont Blue Origin, fondée par Jeff Bezos.

Au total, ce sont trois entreprises qui ont remporté le marché, lancé par la DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency): General Atomics, Lockheed Martin et Blue Origin.

General Atomics va recevoir 22,2 millions de dollars pour s’occuper de la conception préliminaire d’un réacteur thermique nucléaire et d’un sous-système de propulsion. De leur côté, Lockheed Martin et Blue Origin se verront attribuer respectivement 2,9 et 2,5 millions de dollars en vue de développer un concept d’engin spatial.

Les contrats attribués aux entreprises portent sur une première phase de 18 mois. Les prochaines phases devraient donc être lancées pour fin 2022. La DARPA envisage d’effectuer le premier essai de ce système pour 2025.

Une technologie prometteuse

Le Pentagone attend beaucoup de cette technologie à propulsion nucléaire, qui doit envoyer un vaisseau au-delà de l’orbite terrestre basse (2.000 km d’altitude). D’après la DARPA, l’énergie nucléaire permettrait d’atteindre à la fois la puissance d’un système de propulsion à base de produits chimiques et l’efficacité d’un système à propulsion électrique.

‘Cette combinaison donnerait à un vaisseau spatial de l’OFR une plus grande agilité pour mettre en œuvre le principe fondamental du ministère de la Défense, à savoir la manœuvre rapide dans l’espace cislunaire (entre la Terre et la Lune)’, a déclaré l’agence.

‘La propulsion nucléaire thermique est une technologie transformatrice qui changera radicalement le mode de fonctionnement des engins spatiaux, en augmentant leur agilité et en permettant des voyages plus efficaces vers Mars et au-delà en beaucoup moins de temps que les systèmes de propulsion conventionnels’, s’est réjoui Bill Pratt, responsable des programmes avancés d’exploration humaine chez Lockheed Martin Space, interrogé par la CNBC. ‘Beaucoup de travail a été fait sur la propulsion nucléaire au cours des décennies précédentes et nous allons tirer parti de cette expertise en la combinant avec l’ingénierie numérique moderne, la conception moderne d’engins spatiaux et la créativité pour faire progresser cette nouvelle capacité.’

De son côté, Blue Origin s’est dit ‘enthousiaste à l’idée de soutenir la DARPA dans la maturation des concepts d’engins spatiaux pour cet important domaine technologique’. La société fondée par Jeff Bezos en 2000 ajoute un nouveau projet dans sa besace, elle qui s’attèle déjà notamment à organiser des vols touristiques spatiaux et à concevoir des fusées réutilisables.

Sur le même sujet: