Le PDG de Tencent, Pony Ma, rompt le silence sur la situation économique catastrophique de la Chine

Le milliardaire chinois Pony Ma a partagé le week-end dernier un texte critique sur l’approche de Pékin concernant le COVID-19 et son impact dramatique sur l’économie chinoise, dans une (très) rare sortie critique sur les réseaux sociaux.

Le week-end dernier, Pony Ma, PDG du géant technologique chinois Tencent et troisième homme le plus riche de Chine, a indirectement critiqué la politique de Pékin contre le covid et son impact désastreux sur l’économie chinoise.

Sur son profil WeChat, Ma a partagé un article qui dresse un tableau particulièrement cynique de l’économie chinoise sous les règles sanitaires actuelles. Cet article, intitulé « Personne ne se soucie de l’économie sauf Hu Xijin », a été écrit par Zhang Mingyang, un auteur particulier. Zhang décrit comment les restrictions draconiennes imposées par le gouvernement paralysent les entreprises chinoises et comment le secteur technologique est injustement bridé.

Dans le titre de son article, Zhang fait référence à Hu Xijin, ancien rédacteur en chef du journal d’État Global Times, connu pour ses récentes réflexions sur WeChat sur la façon dont Pékin veut s’attaquer à la pandémie, et que le pays sacrifie son économie pour y parvenir.

Ma a décrit un paragraphe spécifique de l’article comme particulièrement « vivant ». On y lit que la contribution du secteur technologique chinois aux utilisateurs lors des blocages a été inestimable.

« Alimentation, habillement, transport et logement exclus »

Il est tout à fait inhabituel que le patron de Tencent rompe le silence sur les réseaux sociaux au sujet des politiques de la Chine en matière de covid et de la contraction de l’économie. Ma, qui a participé à la création de Tencent en 1998, a tenté d’éviter les déclarations controversées ces dernières années, car sa société est sous la loupe du gouvernement.

Toutefois, l’article touche à plusieurs questions qui pourraient être estimées « controversées » par le gouvernement communiste chinois.

« Certaines personnes sur internet pensent que les entreprises peuvent faire faillite mais ne peuvent pas licencier. Que les entreprises peuvent faire faillite, mais ne peuvent pas exiger des heures supplémentaires. Ils considèrent l’économie chinoise comme exclusivement productrice de puces informatiques et de technologies dites « hardcore », mais laissent de côté les secteurs de l’alimentation, de l’habillement, des transports et du logement, qu’ils considèrent comme trop vulgaires ou insignifiants pour être concernés. Ces mêmes personnes n’hésitent pas à gronder les livreurs si leur repas est livré avec 10 minutes de retard », peut-on lire dans l’article cité par Ma.

Pékin va-t-il s’en prendre à nouveau à Tencent ?

L’article original a depuis été retiré de WeChat. Les morceaux cités par Ma ne pouvaient être vus que par ses contacts WeChat, mais des captures d’écran ont été diffusées avec empressement par les utilisateurs chinois lundi. Une personne ayant accès au profil de Ma a pu confirmer l’authenticité du message au journal hong-kongais South China Morning Post.

Hu Xijin, qui a inspiré l’article en question par ses propres commentaires, a déclaré dans un nouveau post samedi que sa responsabilité dans les nombreuses discussions sur les règles mises en place face au virus et sur l’économie de la Chine sur les réseaux sociaux est « fortement surfaite ». Le journaliste chinois est donc probablement inquiet des conséquences de ses remarques critiques et se couvre déjà.

La question est maintenant de savoir si Pékin va cibler Tencent ou Pony Ma pour ses critiques. Ma n’a pas fait d’apparition publique depuis le début de l’année dernière. Plus tard dans l’année, sa société a été attaquée par Pékin pour avoir drogué la jeunesse chinoise avec un « opium spirituel » sous la forme de jeux vidéo.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20