Le nouveau coronavirus alerte les marchés financiers

Avec l’apparition d’un cas aux États-Unis et une 9ème victime en Chine, l’angoisse d’une pandémie s’accroît et fait chuter les marchés mondiaux. Une situation qui rappelle celle du SRAS en 2002.

Depuis quelques jours, la peur que génère ce nouveau coronavirus ne cesse de s’intensifier. La Chine a annoncé lundi que ce virus encore mal connu pouvait se propager d’humain en humain et ses victimes infectées se comptent désormais au nombre de 440 dans le pays. Les autorités ont également averti que le virus pourrait ‘muter’ et se propager plus facilement.

Les marchés financiers mondiaux s’affolent au rythme des annonces successives. Après avoir inversé leurs pertes initiales, les actions ont été de nouveau vendues mardi après-midi, après que le virus ait été découvert chez un homme de l’État de Washington qui avait voyagé depuis la Chine.

Un risque majeur pour le secteur du tourisme

De quoi se barricader chez soi et craindre en silence une crise globale? Pas forcément, selon les analystes qui estiment que le gouvernement chinois réagit peut-être mieux dans le cas actuel qu’au SRAS. Le nouveau coronavirus semble également moins mortel, puisque le SRAS a tué environ 10 % des personnes contaminées et réduit par ailleurs la croissance du PIB chinois d’environ 1 %.

‘Pour l’instant, nous maintenons inchangées nos prévisions économiques pour cette année, mais la propagation du virus constitue clairement un risque majeur de baisse et nous continuerons à suivre la situation de près’, écrit Gareth Leather à CNBC, senior économiste chez Capital Economics. ‘Si le virus se propage, les pays les plus touchés seront probablement ceux qui dépendent le plus des dépenses des touristes chinois. Outre la Chine elle-même, Hong Kong est le pays le plus exposé. La Thaïlande et le Vietnam sont également vulnérables’.

Les actions des entreprises liées au voyage ont ainsi chuté mardi, y compris celles des compagnies aériennes et hôtelières. Cathay Pacific a perdu 4% sur le marché de Hong Kong, tandis qu’American Airlines a chuté d’environ 2% et United Air Lines 3,3%. Les sociétés de casino Wynn Resorts ont perdu 4,4% et Las Vegas Sands a chuté de près de 4%, indique CNBC.

Lire aussi: Oubliez l’or ou le palladium, les marchés s’affolent pour le rhodium

‘Psychologiquement, les voyages prennent un coup quand il y a des craintes de pandémie. Nous n’en sommes qu’au début’, a déclaré Art Hogan, stratège en chef du marché chez National Securities. Il ajoute que les produits de luxe sont également touchés à cause des attentes des touristes chinois qui seront vues à la baisse. LVMH Moet Hennessy a ainsi perdu 2,3 % sur le marché américain.

Chute des marchés mondiaux

Mais ce sont bien les marchés financiers du monde qui sont touchés par ce virus. Les actions américaines se négociaient légèrement à la baisse hier. Le Dow Jones a chuté de 0,5 % à la fin de la journée, le S&P500 a terminé à 0,26 % dans le rouge et le Nasdaq a chuté de 0,19 %. Les actions de Hong Kong ont elles été particulièrement touchées avec une perte totale de 2,8 %, tandis que Shanghai chutait de 1,4 % et la Corée du Sud de 1 %.

Pour Ed Keon, chef stratège en investissement chez QMA, ‘c’est la possibilité que les choses empirent qui est à l’origine de certains de ces mouvements, et non la réalité actuelle. Il est juste de dire que la Chine, parce qu’elle a connu certains de ces événements dans le passé, a réussi à mieux les contenir’.

L’inquiétude concernant l’épidémie s’est aussi intensifiée puisqu’elle survient juste avant le Nouvel An lunaire, qui voit des millions de citoyens chinois se déplacer dans tout le pays. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) doit se réunir ce mercredi pour déterminer s’il convient de déclarer une ‘urgence de santé publique de portée internationale’.

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20