Le nombre de personnes souffrant de maladie rénale chronique pourrait croitre à cause du réchauffement climatique

Ce n’est pas un secret, le réchauffement climatique a et continuera d’avoir des répercussions sur notre quotidien. Outre des conséquences directes sur la météo et l’environnement – températures élevées, incendies de forêt, sécheresses, etc. –, la crise climatique a un impact sur notre santé et cela devrait empirer avec le temps, s’inquiètent les scientifiques.

À l’heure actuelle, les chaleurs extrêmes représentent une véritable menace pour l’Homme. Elles sont en effet l’une des principales causes de mortalité liées aux conditions météorologiques. Un phénomène qui se produit plus fréquemment et s’intensifie en raison des changements climatiques et qui devrait continuer d’empirer si rien de concret n’est fait pour endiguer cette crise. Le stress thermique – à savoir « une accumulation de chaleur dans l’organisme qui empêche le travailleur de maintenir une température corporelle normale » – dont souffrent déjà des millions de travailleurs de pays chauds ne va cesser de croitre, entrainant toutes sortes d’effets secondaires. Des millions de personnes à travers le monde sont concernées par ce problème, avertissent les médecins.

Augmentation du stress thermique

Ces derniers s’inquiètent notamment de voir apparaitre une épidémie d’une maladie rénale causée par une augmentation du stress thermique. Responsables de l’équilibre hydrique au sein de l’organisme, les reins sont particulièrement sensibles aux températures extrêmes. Plusieurs voix s’élèvent pour faire reconnaitre les problèmes rénaux comme une conséquence du stress thermique.  

Un grand nombre de cas ont déjà été observés dans des régions chaudes, notamment au Salvador et au Nicaragua. Un nombre anormalement élevé de travailleurs agricoles sont en effet décédés des suites d’une insuffisance rénale au cours des dernières années. C’est pourquoi les chercheurs demandent à ce que des recherches supplémentaires sur le lien entre la chaleur et la maladie rénale chronique de causes indéterminées (CKDu) soient faites pour évaluer l’ampleur du problème qui, à mesure que les températures augmenteront, pourrait se transformer en véritable épidémie.

Une épidémie qui se profile déjà

Les craintes des médecins semblent d’ailleurs déjà se confirmer. Un grand nombre de travailleurs manuels présentant des symptômes de CKDu a été enregistré dans d’autres régions chaudes d’Amérique centrale, mais aussi en Amérique du Nord et du Sud, au Moyen-Orient, en Afrique et en Inde.  

« Je pense que nous n’avons aucune idée de l’ampleur du problème parce que nous ne faisons pas de surveillance pour cela », a déclaré la Dre Cecilia Sorensen, directrice du consortium mondial sur l’éducation au climat et la santé à l’Université Columbia. « Il y a certaines régions qui sont clairement des points chauds, mais en termes de prévalence et de gravité du problème, je ne pense pas que nous ayons commencé à nous en faire [une idée concrète]. »

L’exposition aux produits agrochimiques et aux agents infectieux, la génétique et différents facteurs sociaux (malnutrition, pauvreté) sont également susceptibles de jouer un rôle dans l’augmentation du nombre de cas de CKDu chez les personnes relativement jeunes.

« Alors que le nombre et l’intensité des journées chaudes augmentent, de plus en plus de travailleurs seront confrontés à des défis encore plus importants pour éviter le stress thermique, en particulier les deux tiers de la population mondiale qui vivent dans les zones tropicales et subtropicales. L’épuisement par la chaleur menace les moyens de subsistance de millions de personnes et sape les efforts visant à réduire la pauvreté », a déclaré le professeur Tord Kjellstrom, du centre national d’épidémiologie et de santé de la population de l’Université nationale australienne.

Un impact sur la santé mentale

Les fortes chaleurs auxquelles est exposée une grande partie de la population ont un impact sur la santé mentale, affirment un grand nombre de chercheurs universitaires et plusieurs agences des Nations Unies dans leur dernier rapport sur le climat. Dans certains cas, cela peut mener jusqu’au suicide.

Les chercheurs ont étudié les messages partagés sur Twitter entre 2015 et 2020 durant les journées chaudes et ont remarqué qu’ils étaient significativement plus négatifs. Un phénomène qui ne semble pas avoir diminué avec le temps ce qui laisse penser que les personnes ne s’habituent pas aux vagues de chaleur. « L’ampleur de l’impact des canicules sur le sentiment négatif n’est pas marginale ; c’est une sorte d’augmentation importante », a déclaré Kelton Minor, coauteur du rapport et doctorant au Centre pour la science des données sociales de l’Université de Copenhague.

« Nous devons mettre en lumière les recoins cachés des véritables impacts du changement climatique sur la santé mentale », estime le médecin traitant au département de médecine d’urgence et professeure adjointe de médecine d’urgence à la Harvard Medical School, Renee Salas.

Plus
My following

Deceuninck sponsorise l'équipe cycliste Alpecin

30/11/2021 17:39

(ABM FN) Le fabricant de profilés de fenêtres en PVC, entre autres, Deceuninck, deviendra le nouveau sponsor de la Pro Team Alpecin - Fenix. C'est ce qu'a annoncé le groupe, mardi soir.

Avec ce nouvel engagement, Deceuninck confirme sa forte croyance dans le pouvoir du cyclisme. Deceuninck deviendra non seulement co-sponsor de l'équipe cycliste professionnelle masculine, mais aussi sponsor des équipes de VTT, de cyclocross et de cyclisme d'élite féminin.

Lire plus...
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20