Le milliardaire Ray Dalio : « La montée des taux d’intérêt va se poursuivre en 2024 »

Ray Dalio, fondateur et co-investisseur principal du plus grand fonds spéculatif du monde, Bridgewater Associates, estime que les banques centrales du monde entier feront volte-face et réduiront à nouveau les taux d’intérêt en 2024. La raison ? La stagflation arrive.

Pourquoi est-ce important ?

Les modèles de la grande banque Morgan Stanley estiment la probabilité d'une récession à 35 %, contre seulement 15 % plus tôt cette année. En outre, selon un indicateur de la Réserve fédérale et le grand patron de la Banque mondiale, tous ceux qui prédisent une récession (et les analystes sont nombreux) pourraient avoir raison.

« Nous pensons que nous sommes dans un mode de resserrement qui pourrait provoquer des corrections ou des mouvements à la baisse dans de nombreux actifs financiers », a déclaré Dalio dans une interview accordée à l’Australian Financial Review. « La douleur de cela sera grande et cela forcera les banques centrales à assouplir à nouveau, probablement quelque part près de la prochaine élection présidentielle (américaine, ndlr) en 2024. »

Aux États-Unis, les marchés financiers tablent sur deux nouvelles hausses des taux d’intérêt d’un demi-point de pourcentage ce mois-ci et le mois prochain. Des banques telles que Morgan Stanley s’attendent à ce que la Fed continue à resserrer les conditions monétaires jusqu’à ce que le taux officiel du marché monétaire atteigne 3,125 %, contre 0,75 à 1 % aujourd’hui.

Toutefois, aux États-Unis et dans le reste du monde, il existe un risque que les prix restent élevés alors que la croissance économique finit par ralentir et que des emplois sont supprimés – la définition classique de la stagflation.

Comportement de « gros dépensier »

« Il s’agit d’une situation d’inflation structurelle qui va provoquer une stagflation », a déclaré Dalio selon l’AFR. Il a attribué la persistance de l’inflation au comportement constant de grands dépensiers des gouvernements et des entreprises. Des dépenses qui, dans les deux cas, produisent des rendements décroissants.

  • « Il y aura beaucoup plus de dépenses que de revenus. Il y aura des déficits. Cela va durer longtemps et c’est pour cette raison que nous ne voulons pas de cash ni d’obligations », a-t-il déclaré.
  • « Il y a des actifs à conserver pendant un resserrement et d’autres à conserver pendant un assouplissement. Et dans les deux cas, nous ne voulons pas détenir de dette pour le moment. Nous préférons les actifs liés à l’inflation. »
  • Il a suggéré que l’inflation rendait rapidement de nombreux actifs à revenu fixe non rentables et que cela finirait par alimenter la spirale inflationniste.
  • « Les titres de créance que les détenteurs d’obligations et de fonds du marché monétaire détiennent comme actifs auront des rendements négatifs importants après ajustement de l’inflation », a déclaré Dalio.
  • « Et cela les incite à vendre cette dette et à la transférer vers d’autres actifs offrant de meilleurs rendements. »
  • En outre, « cela crée un grand déséquilibre entre l’offre et la demande. Cela entraîne une forte hausse des taux d’intérêt réels, ce qui provoque soit un déclin économique (…), soit oblige la banque centrale à imprimer davantage de monnaie pour répondre à la demande. »

Le pessimisme est aussi de mise à la Banque mondiale

Les perspectives tout sauf positives de M. Dalio sont apparues à un moment où la Banque mondiale a également dressé un tableau sombre de la stagflation dans ses perspectives mondiales. David Malpass, président de l’organisation, a déclaré que le « risque de stagflation » exerçait déjà une « pression sur la croissance » et que, pour de nombreux pays, « une récession sera difficile à éviter ».

La Banque mondiale a abaissé ses prévisions de croissance mondiale de 5,7 % l’an dernier à 2,9 % cette année, ce qui est nettement inférieur aux 4,1 % prévus en janvier.

L’effondrement des empires

Dalio a fait la une de l’actualité économique l’année dernière avec son livre sur la montée et la chute des empires : « Principles for dealing with the changing world order« . Dans ses conversations avec les médias, il associe souvent ses prophéties de malheur à des conseils en matière d’investissement : « En période de turbulences, il est également important d’avoir un portefeuille sûr et bien équilibré », a-t-il déclaré.

(JM)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20