Cet indicateur de la Réserve fédérale montre que les États-Unis pourraient se diriger vers une récession

Ces derniers mois, il a plu des rapports apocalyptiques sur une récession imminente aux États-Unis. Selon un indicateur de la Réserve fédérale, les prophètes de malheur pourraient avoir raison.

La semaine dernière, Elon Musk, le patron de Tesla, et Joe Biden, le président des États-Unis, se sont affrontés (une nouvelle fois) à distance. Lors d’une conférence de presse, M. Biden a ouvertement remis en question le message de M. Musk selon lequel la situation économique des États-Unis est tout sauf rose. Le multimilliardaire a suggéré qu’il pourrait devoir licencier 10 000 employés de Tesla. Entre-temps, il est revenu sur cette décision. Le président américain a cité divers investissements réalisés par les concurrents de Tesla pour prouver que les États-Unis ne se dirigent pas vers une récession.

GDPNow

Un indicateur populaire de la Réserve fédérale, le GDPNow de la banque centrale d’Atlanta, dresse un tableau plutôt sombre. GDPNow suit les données économiques en temps réel et les utilise pour prédire si l’économie est en croissance ou en décroissance. Selon cette jauge, l’économie américaine connaîtra une croissance de 0,9 % au deuxième trimestre. Il y a moins d’une semaine, GDPNow prévoyait encore une croissance de 1,5 %. Cela signifie que la croissance zéro, ou pire, le ralentissement de la croissance économique, est de plus en plus proche.

Les prévisions de croissance ont été affaiblies, entre autres, par une baisse de l’indice des prix PCE, qui mesure les dépenses de consommation personnelle, de 4,4 à 3,7 %. Il y a un point positif : le déficit commercial des États-Unis vis-à-vis du reste du monde s’est réduit de 19,1 % pour atteindre 87,1 milliards de dollars entre mars et avril.

Récession à l’horizon

En tout état de cause, la croissance économique a déjà ralenti de 1,5 % au premier trimestre. Si c’est également le cas au deuxième trimestre, nous pourrons déjà parler d’une récession. Néanmoins, nombreux sont ceux qui, à Wall Street, s’attendent toujours à ce que la combinaison de la résilience des dépenses de consommation et de la création d’emplois permette aux États-Unis d’échapper à la récession. De l’autre côté de l’Atlantique, 390 000 emplois ont été créés le mois dernier.

« À l’heure actuelle, il semble qu’une récession soit plus attendue pour 2023 », a déclaré Joseph Brusuelas, économiste en chef du cabinet de conseil RSM, au site d’information américain CNBC. « Nous devrions voir de futurs chocs sur le cycle économique. Mon sentiment est que l’économie va ralentir, mais qu’à long terme, elle restera bloquée à une croissance de 1,8 %. »

Une définition différente de la récession

Le National Bureau of Economic Research (NBER), l’évaluateur officiel des récessions, note qu’il n’est pas toujours nécessaire d’avoir deux trimestres consécutifs de contraction économique pour parler de récession. En 2020, par exemple, une récession est survenue après seulement un trimestre de croissance négative.

Le NBER définit une récession comme « une baisse significative de l’activité économique qui s’étend à l’ensemble de l’économie et dure plus de quelques mois ».

« En effet, la plupart des récessions identifiées par nos procédures consistent en deux trimestres consécutifs ou plus de baisse du PIB réel, mais pas toutes », peut-on lire sur le site du NBER. « Il y a plusieurs raisons à cela. Premièrement, nous n’identifions pas l’activité économique uniquement par le PIB réel, mais prenons en compte une série d’indicateurs. Deuxièmement, nous examinons la profondeur du déclin de l’activité économique. »

(BL)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20