Le milliardaire Ray Dalio : « Les répressions sévères de la Chine à l’égard des acteurs technologiques est interprétée à tort par les investisseurs comme anticapitaliste »

Le gouvernement chinois s’impose toujours de façon plus stricte dans des secteurs allant de la technologie aux jeux. Ces dernières semaines, de nombreux investisseurs ont décidé de joindre le geste à la parole. Selon plusieurs investisseurs, il s’agit d’un mouvement anticapitaliste. « Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité », a déclaré Ray Dalio dans un commentaire à CNBC.

Pourquoi est-ce important ?

La position plus sévère de la Chine sur différents secteurs suscite l'inquiétude des investisseurs. L'impact des mesures réglementaires chinoises a donc été ressenti sur les marchés boursiers chinois. L'indice Hang Seng de Hong Kong est passé de 28 310 à 25 961 points entre le 1er et le 31 juillet. Cela représente une baisse de 8,3 %.

Plusieurs secteurs de la Chine ont du mal à s’en sortir. Le gouvernement du pays asiatique semble sévir dans certains secteurs. En réalité, l’impulsion avait déjà été donnée l’année dernière, lorsque les régulateurs chinois ont interrompu l’introduction en bourse du groupe Ant. En juillet, la Chine a pris l’application de taxi Didi dans son collimateur. Le gouvernement a ensuite ordonné aux magasins d’applications chinois de retirer l’application de Didi de leurs offres.

Les répressions réglementaires de la Chine

Depuis lors, l’effort de réglementation de la Chine ne semble pas s’arrêter. Le pays a déjà imposé des règles plus strictes à d’autres entreprises (technologiques), notamment celles qui se consacrent à l’enseignement privé. Mardi, l’Economic Information Daily, affilié à l’agence de presse Xinhua, contrôlée par l’État, a annoncé que le pays allait probablement imposer des règles plus strictes aux sociétés de jeux. La Chine dit vouloir agir ainsi contre, entre autres, la dépendance aux jeux chez les jeunes.

L’ingérence croissante du gouvernement chinois a fait fuir les investisseurs vers la sortie. Ils craignent, entre autres, que le pays veuille mener une politique anticapitaliste. Cependant, tout le monde ne semble pas partager cette conviction. « La sévère répression de la Chine à l’encontre des acteurs de la tech est interprétée à tort par les investisseurs comme étant anticapitaliste », a écrit le milliardaire Ray Dalio sur LinkedIn. « Les 40 dernières années viennent de montrer clairement que la Chine a développé une économie de marché où les entrepreneurs et les capitalistes peuvent s’enrichir. »

« Pour les investisseurs occidentaux, il n’est pas facile de suivre de près ce qui se passe en Chine. Ils n’ont pas de contact direct avec les décideurs politiques », a-t-il poursuivi. « Par conséquent, ils sont passés à côté de ce qui se passe en Chine et vont probablement continuer à le faire ».

Le capitalisme d’État en Chine

Dalio a exhorté les investisseurs à comprendre que les régulateurs chinois sont « en train d’élaborer des réglementations appropriées ». « Ainsi, lorsque les règles changent rapidement et ne sont pas claires, cela provoque une sorte de confusion. C’est pourquoi les nouvelles règles sont parfois interprétées à tort comme des mesures anticapitalistes », a écrit M. Dalio.

« Partez du principe que de telles choses se produiront à l’avenir et investissez en conséquence. Mais n’interprétez pas ces fluctuations comme des changements de tendance et ne vous attendez pas à ce que ce capitalisme d’État chinois soit exactement comme le capitalisme occidental », a conclu le milliardaire.

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés