Le métavers chinois, une opportunité à 8.000 milliards de dollars, selon Morgan Stanley

Du côté de la Chine aussi, le métavers intéresse. Les grandes entreprises technologiques y voient leur avenir, ainsi que de nombreuses opportunités. Mais son développement devrait être très différent de celui des autres, en raison du contexte réglementaire plus strict qu’il règne dans le pays.

Le métavers n’est pas exclusif aux États-Unis. Une infinité de mondes virtuels pourra voir le jour dans les années à venir, avec une présence politique plus ou moins importante au sein de chacun. Dans le cas de la Chine, Pékin devrait garder une mainmise importante, et les géants chinois des technologies devront apprendre à jongler avec s’ils souhaitent avoir leur part du gâteau. Selon la banque d’investissement Morgan Stanley, le potentiel du marché du métavers chinois pourrait atteindre les 8.000 milliards de dollars.

L’avenir du réseau social

À l’image de ce qu’il se passe outre Atlantique, avec Meta et Microsoft notamment, les entreprises technologiques chinoises s’intéressent de près au concept du métavers. Des géants tels que Tencent, Alibaba et ByteDance réfléchissent déjà à comment ils vont exploiter ce concept.

« Le métavers est l’avenir du réseau social. Tous les géants chinois de la technologie doivent l’adopter pour trouver de nouvelles façons d’impliquer la plus jeune génération d’internautes, ce qui est essentiel à l’heure où leurs modèles commerciaux sur les smartphones et l’Internet mobile arrivent à maturité », a déclaré Winston Ma, associé directeur chez CloudTree Ventures à CNBC.

Adopter le métavers, c’est donc s’assurer un avenir. Et les opportunités sont justement nombreuses. Encore faut-il pouvoir les exploiter.

Une réglementation très stricte

Car si les géants chinois des technologies ne manquent pas d’idées pour créer et développer leur propre métavers, la main-mise des autorités pourrait limiter leur développement. Au cours de l’année écoulée, Pékin n’a cessé de resserrer la vis vis-à-vis de ces entreprises, cherchant à casser leur monopole et à mieux protéger les données de leurs utilisateurs. Une pression qui ne devrait pas être relâchée avec le métavers. De nouvelles réglementations spécifiques à chaque univers virtuel devraient d’ailleurs voir le jour.     

Un métavers à part

Outre la répression des Big Tech chinoises, Pékin devrait continuer à censurer ce qui se déroule sur la toile et donc, dans le métavers. « Nous devrions également nous attendre à voir une censure stricte, ce qui signifie qu’il y aura très probablement un métavers chinois isolé, séparé de l’international », a déclaré Hanyu Liu, analyste du marché chinois chez Daxue Consulting, à CNBC.

Mais cela ne veut pas dire que la Chine freinera des deux pieds le développement du métavers. Le pays « est extrêmement intelligent en la matière. Il sait exactement quand et où il doit arrêter sa main ; suffisamment proche pour qu’il puisse surveiller attentivement, mais pas au point de causer des dommages irréversibles à l’industrie », a déclaré Liu.

Quant aux cryptomonnaies, Pékin ne devrait pas changer sa politique, et ce, malgré le fait que les monnaies virtuelles devraient tenir une place importante dans le métavers. Il devrait cependant continuer de mettre en avant sa propre monnaie numérique centralisée, le yuan numérique.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20