Le gouvernement italien pourrait débourser plus de 3 milliards d’euros pour relancer Alitalia

Isopix

Le gouvernement italien s’est dit prêt jeudi à injecter au moins trois milliards d’euros dans la compagnie aérienne en difficulté Alitalia. 6.600 employés seront au chômage technique jusque fin octobre du fait de l’impact de l’épidémie de coronavirus.

‘Le capital initial de la nouvelle compagnie ne pourra pas être inférieur à trois milliards d’euros’, a annoncé le ministre de l’Industrie Stefano Patuanelli, lors de la présentation du projet de nationalisation de la compagnie devant les sénateurs.

‘Le gouvernement n’a pas l’intention de procéder à un nouveau sauvetage, nous voulons relancer la compagnie’, a-t-il ajouté.

Nationalisation

Le gouvernement italien a annoncé il y a deux semaines son intention de constituer en juin une nouvelle société publique pour sauver Alitalia.

Cette compagnie, qui sera au moins dans un premier temps nationalisée, devrait disposer d’une flotte de plus de 90 appareils contre 113 actuellement, avait expliqué alors M. Patuanelli.

Concernant l’emploi, il avait rappelé la volonté du gouvernement de le protéger au maximum. ‘Mais parler de zéro suppression de postes, je pense, est très difficile’, avait-il ajouté.

Une crise de longue durée

Alitalia accumule les pertes depuis des années et a dû être placée sous tutelle de l’administration en 2017, mais la crise liée à la pandémie a aggravé sa situation, comme celle de toutes les compagnies aériennes.

En avril, Alitalia a accusé une baisse de chiffre d’affaires de 97%, selon l’administrateur de la compagnie Giuseppe Leogrande.

Le gouvernement et les syndicats d’Alitalia sont parvenus à un accord pour mettre au chômage technique plus de 6.600 employés.

Selon le quotidien spécialisé des milieux économiques et financiers Il Sole-24 Ore, l’accord sur le chômage technique concerne 3.339 employés du personnel de vol et 3.283 du personnel au sol, sur un total de quelque 11.000 salariés.