Le football n’est plus la principale source de revenus de la FIFA: c’est désormais l’e-sport

La Fédération Internationale de Football Association (FIFA) a enregistré un chiffre d’affaires de 266,5 millions de dollars l’année dernière. Cela représente une diminution de 65 % par rapport à l’année précédente. Fait étonnant: la vente des licences est devenue la plus grande source de revenus de la fédération.

Le monde du football a été durement touché par la crise du coronavirus l’année dernière. Conséquence: 2020 s’est soldé par une perte de 683 millions de dollars pour la FIFA. L’année précédente, cette perte n’était « que » de 185 millions de dollars.

Une crise difficile à encaisser

‘L’épidémie de coronavirus a entraîné l’arrêt massif des compétitions de football et la suspension des matches dans le monde entier’, a noté la FIFA. ‘Le reste de l’année, les compétitions ont dû se terminer en grande partie à huis clos, sans spectateurs. Le bilan financier est particulièrement lourd.’

La FIFA note qu’elle a également déployé des efforts importants pour atténuer l’impact de la crise. ‘Un plan de redressement spécial, doté d’un budget de 270 millions de dollars, a été mis en place. Via ce processus, une somme de 198 millions de dollars a été distribuée aux associations et confédérations sportives membres de la FIFA’, a fait savoir la fédération.

‘Une enveloppe spéciale de 72,5 millions de dollars a été prévue pour soutenir le football mondial’, a ajouté la FIFA. Sous l’effet de ce plan de redressement spécial, les dépenses totales de la FIFA ont atteint 1,04 milliard de dollars l’année dernière.

Suite à la baisse des recettes liés à l’organisation de compétitions, la vente de licences a constitué, pour la toute première fois, la principale source de revenus de la FIFA. Au total, l’an dernier, cette activité a rapporté 158,8 millions de dollars à la fédération internationale de football.

Opportunités futures

Au cœur de ces licences se trouve le jeu vidéo d’EA FIFA et ses nombreuses compétitions d’e-sport, telles que la FIFA eClub World Cup, les FIFA eChallenger Series et les FIFA eNations StayAndPlay Friendlies. Cette offre a été complétée l’année dernière par la FIFA eContinental Cup.

‘Contrairement aux nombreux secteurs économiques qui ont été durement touchés par la pandémie de coronavirus, l’industrie des jeux vidéo semble avoir été beaucoup plus résiliente face à la pandémie’, indiquent les observateurs.

‘C’est peut-être la première fois dans l’histoire qu’une industrie sportive génère plus de revenus avec des jeux vidéo qu’avec la compétition physique qui représente le cœur de son activité. Compte tenu des tendances actuelles, ce phénomène devrait continuer à se manifester à l’avenir’, analysent-ils.

Selon le président de la FIFA, Gianni Infantino, ces activités sont une occasion unique pour la FIFA de saisir les opportunités du paysage changeant de la technologie, de la société et du sport.

‘La FIFA et d’autres fédérations internationales ont réalisé des investissements importants dans ces nouveaux secteurs afin de faire participer les jeunes à des versions virtuelles de notre sport’, a déclaré Infantino.

Sur le même sujet:

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20