Le coronavirus fait plonger les bourses européennes

Les bourses européennes sont en passe de vivre leur pire journée depuis deux mois. Les investisseurs s’inquiètent des possibles conséquences économiques du coronavirus, qui continue de s’étendre.

Le bilan de l’épidémie de coronavirus en Chine est passé à 81 morts et le virus se répand dans plus de 10 pays, dont la France, le Japon et les États-Unis. Les interrogations montent sur la capacité de la Chine à contrôler l’épidémie, avec un impact sur les marchés. Les investisseurs se replient sur des actifs ‘sûrs’ comme l’or et les obligations d’État.

L’indice européen STOXX 600, a ouvert lundi matin avec une baisse de 1,7 % après avoir atteint un record la semaine dernière.

La fin des records

La plupart des bourses ont atteint des niveaux records ces dernières semaines, grâce à un rallye du Nouvel An et au refroidissement de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine. Aujourd’hui, l’incertitude s’est installée sur le marché en raison de l’épidémie de virus. Le moment idéal pour revendre.

Résultat : presque tous les indices virent au rouge. Les compagnies aériennes, les hôtels et les marques de luxe ont enregistré les plus fortes baisses alors que le gouvernement chinois a prolongé les vacances du Nouvel An pour tenter de freiner la propagation du virus.

Le luxe français en pâtit

Le CAC 40 français, sur lequel sont cotées les 40 plus grandes entreprises françaises, en a fait les frais. Les grandes valeurs comme LVMH, Dior, Hermes et Kering ont plongé de plus de 3 % chacune. Les fabricants de produits de luxe sont fortement dépendants de la demande chinoise.

D’autres marques de luxe comme Burberry Group Plc, et les horlogers suisses Swatch & Richemont ont chuté respectivement de 2,7 % et 4,6 %.

L’indice européen des matières premières a lui aussi enregistré son plus mauvais jour depuis six mois, lorgnant avec crainte sur la croissance de la Chine, le plus grand consommateur de métaux au monde.

Chez nous, le BEL 20 est également plongé dans le rouge à 2,18 %.

Plus
Lire plus...
Marchés