Le cofondateur d’Apple reconnaît ne pas voir la différence entre l’iPhone 13 et l’iPhone 12. Mais il trouve que c’est une bonne chose…

Steve Wozniak, qui fait partie de ceux qui ont lancé Apple dans les années 1970, n’hésite jamais à décocher ses flèches envers la marque à la pomme. Sa dernière déclaration en date est pleine de franchise.

En 1976, Steve Wozniak a cofondé Apple avec Steve Jobs et Ronald Wayne. Il a quitté la société onze ans plus tard, mais il en est resté un fervent partisan. Il n’est d’ailleurs pas avare en éloges envers la marque à la pomme. En 2019, il avait par exemple confié que l’Apple Watch était son « élément de technologie préféré du moment dans le monde », car elle lui permettait de ne pas être accro à son smartphone.

Mais sa passion pour Apple ne le rend pas aveugle pour autant: il s’exprimer à son sujet avec beaucoup de franc-parler. Nouvelle preuve le week-end dernier, lors d’une interview accordée à Yahoo News. Récemment acquéreur de l’iPhone 13, Steve Wozniak a confié ne pas voir des différences avec son prédécesseur, l’iPhone 12.

« J’ai eu le nouvel iPhone. Je ne peux pas vraiment vous dire la différence », a-t-il déclaré. « Le logiciel qu’il contient s’applique aux anciens iPhones, je présume, et c’est une bonne chose. »

En effet, selon lui, s’il n’y a pas de bouleversement majeur d’un iPhone à l’autre, c’est un point positif. Cela permet de ne pas perdre les utilisateurs.

« Dans la technologie, c’est comme si vous vouliez toujours en quelque sorte suivre les nouveautés et parfois vous avez cinq ans de retard, sept ans de retard. Et cela fonctionne toujours pour vous. C’est comme si c’était de là que viennent les ventes », a expliqué le cofondateur d’Apple.

En outre, il a indiqué ne pas voir de différences non plus entre la nouvelle Apple Watch et sa version précédente.

Pas sa langue dans sa poche

Si Steve Wozniak voit là un point positif, certains y verront plus que probablement une petite pique adressée à Apple. D’autant plus qu’il n’est pas avare en la matière.

En 2017, il avait déclaré qu’il n’achèterait pas l’iPhone X, exprimant des doutes sur le logiciel de reconnaissance faciale du nouveau smartphone d’Apple. Il s’était aussi dit déjà satisfait de l’iPhone 8, qui ressemblait beaucoup à l’iPhone 7 et à l’iPhone 6.

Tm Cook, le PDG d’Apple, lui avait alors envoyé l’iPhone X. Steve Wozniak avait fini par critiquer le smartphone pour son manque d’intuitivité, affirmant que les produits Apple précédents, comme l’ordinateur Lisa, étaient plus simples à utiliser.

L’été dernier, le cofondateur d’Apple s’est également mis en porte-à-faux avec l’entreprise au sujet de la réparation des appareils. Celui-ci soutient le droit des utilisateurs à voir leurs appareils électroniques être réparés aisément, là où Apple est connu pour rendre la chose assez complexe (et chère).

« Nous n’aurions pas eu d’Apple si je n’avais pas grandi dans un monde technologique très ouvert », a-t-il rappelé. « À l’époque, lorsque vous achetiez des appareils électroniques comme des téléviseurs et des radios, chaque partie des circuits et des conceptions était détaillée dans un document fourni, en total open-source ». Ce qui permettait à tout un chacun de réparer lui-même son appareil, ou de demander à n’importe quel professionnel de le faire.

Plus
My following

Analyse boursière: Berenberg augmente l’objectif de cours pour Greenyard

08/12/2021 06:38

(ABM FN) Berenberg a augmenté l’objectif de cours pour Greenyard de 10,50 à 11,00 euros avec une recommandation Conserver inchangée. C’est ce qui ressort d’un rapport de l’analyste Fraser Donlon. 

Le groupe de Sint-Katelijne-Waver a revu ses perspectives à la hausse, visant un chiffre d’affaires de 5 milliards d’euros d’ici l’année fiscale 2024/2025 avec un EBITDA  ajusté entre 200 et 210 millions d’euros. 

Lire plus...
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20