Le cauchemar sans fin de l’industrie allemande

La chancelière allemande Angela Merkel lors d’une visite d’entreprise dans une usine allemande de Siemens – EPA

Pour la première fois depuis 2002, le carnet de commandes des entreprises allemandes est en baisse depuis deux années consécutives. 2019 sera en outre la pire année pour les commandes industrielles depuis 2008.

Plutôt qu’un redressement, 2019 marque pour l’industrie allemande un résultat encore plus mauvais que l’année précédente. Selon les chiffres du Statistisches Bundesamt, le carnet de commandes total était inférieur de 2,1 % en décembre dernier.

L’année dernière, le nombre de commandes a diminué au cours de 8 mois sur 12. Les pays de la zone euro, en particulier, commandent de moins en moins à nos voisins de l’Est. En décembre, la baisse a atteint 13,9 %. Si l’on ne tient pas compte de la zone euro, le nombre de commandes augmente même de 2,1 %, un chiffre non négligeable.

Les analystes constatent néanmoins une légère amélioration de la demande intérieure et des commandes en légère hausse en provenance des pays hors zone euro. Cela pourrait indiquer que le pire est derrière l’Allemagne. Toutefois, les incertitudes concernant l’impact du coronavirus n’ont pas été prises en compte dans leurs analyses…

Car l’Allemagne ne peut presque pas échapper à l’impact que le virus a et aura sur l’économie chinoise. Outre le secteur automobile allemand, les chaînes d’approvisionnement des sociétés d’ingénierie allemandes, qui dépendent fortement de la Chine, craignent également le pire. À court terme, les attentes restent donc tout très faibles…

Lire aussi: