Comment l’impression 3D ravive le coeur industriel allemand

Une usine de 400 millions d’euros pourrait servir d’étude de cas sur la façon d’appliquer le génie de la vieille école à une nouvelle ère, celle de l’impression 3D.

Dans la vallée de la Ruhr, on trouve la Rust Belt de l’Allemagne, le symbole du passé industriel du pays. Jalonné par des mines de charbon fermées et des aciéries en grande difficulté, cette région est nommée ainsi en référence à la Rust Belt des États-Unis, parsemée d’usines rouillées. Mais elle pourrait bientôt voir une renaissance à la Silicon Valley.

La région peut remercier Evonik Industries AG, qui construit une usine pour fabriquer un matériau qui, selon l’entreprise chimique, deviendra la référence en matière d’impression 3D à échelle industrielle. Car la 3D pourrait bien être le sauveur de l’industrie allemande, comme le rapporte Bloomberg.

Une référence pour l’ingénierie allemande

Ce projet de centre industriel se veut trois fois plus grand que Monaco, c’est dire les ambitions. Grâce à ce sauveur, l’économie locale pourrait enfin sortir la tête de l’eau, mais les visées vont bien plus loin. Cette nouvelle entreprise pourrait servir d’étude de cas sur la manière de faire entrer l’ingénierie de l’Allemagne dans une nouvelle ère, celle de la technologie d’impression.

Pour ne pas se brûler les ailes dans ce projet, il faut tout de moins être conscient des risques qu’il présente. L’impression 3D offre des possibilités presque infinies… ce qui signifie aussi qu’elle pourrait bouleverser la fabrication traditionnelle qui est à la base de la richesse allemande.  L’usine hautement automatisée ne conservera ainsi que 150 emplois, malgré des investissements colossaux.

L’Allemagne première sur la 3D

Si cet énorme centre industriel voit le jour en Allemagne (il entrera en service en 2021), c’est que notre voisin est l’un des premiers pays à adopter l’impression 3D. Eos GmbH, dont le siège se trouve près de Munich, est un des leaders mondiaux dans la fabrication d’imprimantes 3D. Et une entreprise industrielle sur trois en Allemagne utilise cette technologie, selon une étude du lobby numérique Bitkom.

Sous pression pour se réinventer, l’Allemagne voit en l’impression 3D une voie de secours aux allures d’autobahn sans limite de vitesse. Un pari plus qu’audacieux alors que la plus grande économie européenne peine à surmonter un marasme qui a contraint des entreprises telles que Siemens AG et Daimler AG à supprimer plus de 100.000 emplois cette année.

Sans mentionner les obstacles que l’impression 3D doit encore surmonter: vitesse, coût et surtout impact environnemental freinent pour l’heure l’ambition de cette technologie pour remplacer à grande échelle d’autres types de fabrication. Les producteurs de machines du pays devront en outre s’adapter pour ne pas rater le coche et voir cette opportunité les laisser sur la bande d’arrêt d’urgence.

Plus
Lire plus...
Marchés