Le canal de Suez: près de 3.000 ans de préparation pour un blocage en quelques secondes

Il a fallu 10 ans et 1,5 million de travailleurs pour construire le canal de Suez au 19e siècle. Un instant d’inattention pour qu’un gigantesque navire finisse par le bloquer. Et la conséquence se fait sentir dans tout le commerce maritime mondial. Un drame au bout de plus de 3.000 ans.

Bien avant la construction du canal moderne au XIXe siècle, la zone qu’il traverse était mûre pour une traversée transcontinentale. Fernand Braudel, le grand historien français de la Méditerranée, a noté qu’il y a des milliers d’années « l’isthme bas de Suez… avait été inondé à plusieurs reprises par la mer, faisant de l’Afrique une île ».
Dans l’Antiquité, les potentats voyaient déjà l’intérêt de construire une liaison maritime pour leurs trières (ancien navire de guerre propulsé par des rameurs) pour passer de la Méditerranée, ou du moins du Nil, à la mer Rouge.

Necho et les barbares

Le premier à songer pourrait avoir été le pharaon égyptien Necho II – identifié comme Necos par l’ancien chroniqueur grec Hérodote – qui a commencé un projet de construction de canaux à grande échelle vers la fin du 7ème siècle avant JC. « En creusant ce canal, Necos a perdu cent vingt mille Egyptiens », a écrit Hérodote. Hérodote explique également pourquoi la jonction ne s’est finalement pas matérialisée: Necos s’est arrêté après avoir consulté un oracle – qui lui a dit qu’il travaillait « pour le barbare qui viendrait après lui ». Ces «barbares» viendraient en effet et finiraient apparemment les travaux, y compris l’empereur perse Darius Ier et plus tard Ptolémée de la lignée des rois macédoniens qui ont gouverné l’Égypte après la mort d’Alexandre le Grand.

Mais la mer Rouge s’est retirée dans les siècles qui ont suivi, et le vieux canal, bouché par le limon, a disparu dans le désert. Du Moyen Âge à la fin du XVIIIe siècle, toutes sortes de curieux, des dirigeants arabes aux marchands vénitiens en passant par les pachas ottomans, ont envisagé de lancer de nouveaux projets de canaux, mais leurs tentatives ont toutes échoué.

Le rêve de Napoléon

L’idée du canal de Suez moderne est venue après l’invasion de l’Égypte par Napoléon Bonaparte en 1798. Le général français rêvait de construire un passage rapide vers l’Inde, alors déjà le joyau d’un empire britannique en pleine croissance, et envoya une équipe d’arpenteurs pour tracer le cours d’un chenal de la Méditerranée à la mer Rouge. Mais ils ont conclu à tort que les 30 derniers pieds étaient plus hauts que les premiers et que la construction d’un canal poserait le risque d’inondations catastrophiques dans le delta du Nil.

Des décennies plus tard, l’ancien diplomate français et entrepreneur Ferdinand de Lesseps a reçu un financement du gouvernement français et la permission de la vice-royauté ottomane en Égypte. Sa Compagnie du canal de Suez pouvait commencer la construction de ce qui allait devenir le canal de Suez en 1859. C’était une entreprise énorme. Plus d’un million d’agriculteurs égyptiens ont été contraints de creuser et des dizaines de milliers ont perdu la vie. Souvent à cause de maladies comme le choléra, mais aussi parce qu’elles ont simplement travaillé jusqu’à épuisement.

Vendu aux Britanniques

Les conditions se sont améliorées après l’intervention des autorités locales et l’introduction d’équipements industriels lourds. En fin de compte, l’entreprise a demandé un million et demi de travailleurs sur dix ans – et le coût final était le double des 50 millions d’euros (convertis) qui avaient été fixés.

En 1869, le canal a été intronisé lors d’une grande cérémonie organisée par le Khédive ottoman Ismail Pacha. Six ans plus tard, l’Égypte ottomane étant aux prises avec une dette insurmontable, Ismail vendra ses parts de la Compagnie du canal de Suez au gouvernement britannique. Au début, ils étaient plutôt sceptiques sur son réel fonctionnement, mais entre-temps, ils ont vu comment ils pourraient en bénéficier énormément.

L’ouverture du canal a conduit à l’apogée des empires européens avec des colonies en Asie et en Afrique: les navires de guerre à vapeur et les cargos pouvaient désormais éviter le long voyage autour du cap de Bonne-Espérance. L’exploitation des champs pétrolifères le long du golfe Persique au début du XXe siècle n’a fait que souligner la vitalité stratégique du canal pour les puissances européennes.

Comment le canal a tué l’époque coloniale

Il est donc normal que le blocus du canal en 1956 soit désormais considéré comme l’un des coups fatals du colonialisme. Le président égyptien nationaliste charismatique Gamal Abdel Nasser choisit de nationaliser les actifs de la Compagnie du canal de Suez. Les troupes égyptiennes s’emparent même des lieux. Cela a conduit à une invasion conjointe des forces britanniques, françaises et israéliennes afin de renverser Nasser. Au final, une débâcle humiliante, l’opinion publique mondiale s’étant résolument tournée contre les Britanniques et leurs alliés.

Pour d’autres, comme le magnat de la navigation grecque Aristote Onassis, la crise du canal de Suez a rapporté une fortune. Onassis avait des pétroliers vides qui languissaient dans les ports saoudiens au moment où la crise frappait. Il avait tout le loisir d’imposer des tarifs élevés tout en contournant l’Afrique avec du pétrole pour l’Occident.

Le canal a rouvert en 1957, mais allait fermer à nouveau une décennie plus tard après lors de nouvelles guerres israélo-arabe. La guerre des Six Jours et la guerre du Kippour allaient mener à une fermeture du canal pour huit ans. En 1975, le président égyptien Anouar Sadate inaugurait la reprise des activités de navigation dans le canal en libérant un troupeau de pigeons.

Depuis, seules quelques manœuvres involontaires des navires ont fermé le canal. Le plus notable, jusqu’à cette semaine, a été un arrêt de trois jours en 2004 lorsqu’un pétrolier russe s’était échoué.

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés
BEL20