‘Le bitcoin pourrait provoquer l’effondrement complet de l’économie du Salvador’

Steve Hanke, professeur d’économie appliquée à l’université Johns Hopkins, a averti que la récente introduction par le Salvador du bitcoin (BTC) comme monnaie légale pourrait provoquer l’implosion complète de l’économie de ce pays d’Amérique centrale.

Steve Hanke a été économiste principal au sein de l’administration du président américain Ronald Reagan de 1981 à 1982. L’homme a précédemment décrit le BTC comme un actif spéculatif ‘avec une valeur fondamentale de zéro’. En avril dernier, il a tweeté ceci: ‘Les cryptomonnaies sont l’avenir de l’argent. Le bitcoin ne l’est pas.’

‘En un mot: stupide’

S’adressant au site d’informations financières Kitco News le 15 juin, le professeur universitaire a noté que les ‘BTC holders’ (détenteurs de crypto qui ne vendent en aucun cas, ndlr) de régions comme la Russie ou la Chine pourraient maintenant cibler le Salvador pour encaisser leurs avoirs – essentiellement en volant au pays ses dollars américains:

‘Cela pourrait faire s’effondrer complètement l’économie, car tous les dollars du Salvador pourraient être aspirés et il n’y aurait plus d’argent dans le pays. Les Salvadoriens ne disposant pas de leur propre monnaie.’

Au cours de l’interview, l’économiste a qualifié de ‘stupides’ les élus du Salvador qui ont voté en faveur de la loi sur le bitcoin du président Nayib Bukele. Il s’est également interrogé sur la manière dont les BTC pourraient servir de monnaie légale dans les transactions quotidiennes… dans un pays où la plupart des citoyens utilisent l’argent cash.

‘Vous n’allez pas payer votre course en taxi en bitcoin. C’est ridicule (…) 70% des Salvadoriens ne disposent même pas d’un compte bancaire’, a-t-il souligné.

‘Des forces obscures’

Le professeur Steve Hanke a émis l’hypothèse que ‘des forces obscures se cachent clairement derrière cette affaire’, et qui utiliseraient le bitcoin pour mettre la main sur des dollars américains en provenance du Salvador.

L’économiste a également qualifié les transferts de fonds transfrontaliers en bitcoins de ‘non-sens’, car selon lui cet actif doit être converti directement en dollars pour pouvoir être utilisé.

‘Si une grand-mère au Salvador attend son argent et que vous voulez lui envoyer des bitcoins, c’est très bien, mais que doit-elle faire? Elle doit aller au distributeur automatique de billets pour obtenir des dollars, car c’est le seul moyen pour elle d’acheter quelque chose’, a déclaré Hanke.

JP Morgan

Un peu plus tôt, la grande banque américaine JP Morgan avait déjà exprimé des préoccupations similaires, rapporte Cointelegraph, mais en termes plus modérés. L’institution financière avait écrit dans une note à ses clients qu’il était difficile de voir ‘des avantages économiques tangibles à l’adoption du bitcoin comme seconde monnaie légale, et que cela pourrait compromettre les négociations avec le FMI’.

Cependant, la Banque centraméricaine d’intégration économique (BCIE) ne partage pas ce point de vue et a déclaré mardi que l’adoption du BTC par le Salvador est innovante et ‘crée beaucoup d’espace et d’opportunités’. La banque multinationale a également révélé qu’elle allait former un groupe consultatif technique pour aider le Salvador à passer à l’utilisation du bitcoin comme monnaie légale.

Dans un article paru dans Foreign Policy, David Gerard, critique avisé du bitcoin et auteur du livre ‘Attack of the 50 Foot Blockchain’, avance une hypothèse. Le Salvador ne pouvant pas imprimer de dollars américains, l’introduction du BTC pourrait faire partie d’une tentative d’obtenir des liquidités en dollars américains de la part de ses citoyens pour rembourser des dettes étrangères.

L’investisseur Peter Thiel avait déjà lié la Chine à l’utilisation du bitcoin à des fins géopolitiques obscures, mais d’une manière différente.

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés