Le 3e pays le plus performant en termes de vaccination doit retourner… en confinement. Comment est-ce possible ?

Plus des deux tiers du Chili, y compris toute la capitale, qui compte 6 millions d’habitants, sont à nouveau strictement confinés. C’est remarquable car, à part Israël et la Grande-Bretagne, aucun pays au monde ne compte plus de personnes vaccinées. Comment cela est-il rendu possible?

Dans le pays sud-américain de 19 millions d’habitants, qui a collecté suffisamment de doses potentielles de vaccins pour inoculer sa population à deux reprises, plus de 7,5 millions de Chiliens ont déjà reçu au moins une dose et 5 millions sont désormais entièrement vaccinés. Seuls Israël et la Grande-Bretagne ont fait mieux.

Dans le même laps de temps, les nouveaux cas de Covid-19 ont augmenté de manière spectaculaire. Le Chili a déjà signalé plus de 7.000 cas par jour neuf fois ce mois-ci. C’est plus que le nombre record d’infections au sommet de la première vague en juillet de l’année dernière.

Les analystes pointent du doigt un mélange de facteurs: la fatigue face aux mesures de restriction, les vacances d’été dans l’hémisphère sud, l’avènement de nouveaux variants plus transmissibles et le recours à un vaccin chinois (CoronaVac) qui s’est avéré moins efficace que les vaccins occidentaux.

Le vaccin n’est pas assez bon

La semaine dernière, le Chili a publié son étude sur l’efficacité de CoronaVac dans le pays. Il a montré que parmi les 10,5 millions de personnes vaccinées entre le 2 février et le 1er avril – dont un tiers avait reçu les deux doses – les admissions à l’hôpital ont été réduites de 85% et les admissions à l’IC de 89% après une deuxième dose. Cependant, la protection était beaucoup plus faible chez ceux qui n’avaient reçu qu’une première dose.

Le gouvernement chilien a signé des contrats pour des millions de doses avec Pfizer-BioNTech, AstraZeneca et Johnson & Johnson. Mais le principal partenaire est Sinovac, le fabricant chinois de CoronaVac, qui a fourni 87% des doses administrées à ce jour. Les responsables de la santé envisagent maintenant d’administrer une troisième dose de ce vaccin.

C’est un avertissement de plus qui montre que la lutte contre le coronavirus est loin d’être terminée.

Fatigué par les mesures

Des confinements stricts ont été réintroduits dans plus des deux tiers des districts du Chili. Le système de santé se fissure et il restait moins de 200 lits de soins intensifs à travers le pays cette semaine. Le gouvernement a appelé les gens à rester chez eux si possible.

Mais les rues de la capitale Santiago sont plus fréquentées que lors de la première vague. La fatigue de se conformer aux règles a clairement augmenté parmi les Chiliens, qui ont été invités à endurer l’un des plus longs lockdown au monde, y compris un couvre-feu qui a duré plus d’un an.

La police a arrêté plus de 900 personnes au cours des deux premières semaines d’avril, pour la plupart âgées de 23 à 27 ans. Les personnes infectées par le Covid-19 qui se retrouvent dans un lieu clos sans permis valide ou une exemption peuvent être condamnées à une amende allant jusqu’à 15.000 dollars et à cinq ans de prison. Pourtant, la police affirme avoir dispersé plus du double du nombre de rassemblements illégaux cette année par rapport à 2020.

Les vacances

Les voyages de vacances d’été ont également eu un impact. De janvier à mars, le gouvernement a délivré des permis permettant aux Chiliens de voyager à travers le pays, sauf dans des zones fermées, ce qui a propagé le virus et a fait pression sur le système de santé.

Les autorités ont également continué à autoriser la plupart des voyages internationaux. L’aéroport de Santiago est resté ouvert tout l’été; des vols aller-retour bon marché vers Miami, la République dominicaine et le Brésil ont ainsi permis à des variantes de virus d’entrer dans le pays.

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés
BEL20