La vérité qui dérange: les sanctions économiques contre la Russie pourraient avoir des conséquences dramatiques que nous n’avions pas prévues

Jamais dans l’histoire, l’économie d’un grand pays n’a été punie autant que celle de la Russie. Il s’agit d’une guerre sous une forme différente qui, pour l’instant du moins, ne semble pas faire évoluer l’esprit impérialiste de Poutine. Si l’avenir semble terrible pour les Ukrainiens, la situation semble désespérée pour le peuple russe. Quelque chose qui ne peut rester sans conséquences.

Les gouvernements occidentaux frappent économiquement

Jamais auparavant une économie majeure n’avait été punie aussi sévèrement que la russe. Les actifs de la banque centrale russe ont été largement gelés. Le nouveau gazoduc Nord Stream 2, qui relie la Russie à l’Allemagne, ne sera pas non plus mis en service.

Il existe également des restrictions importantes à l’exportation de biens tels que les lasers, les capteurs, les drones et les équipements informatiques. L’Union européenne a également coupé de nombreuses banques russes du système de paiement international Swift. Tant l’Union européenne que les États-Unis, le Canada et le Royaume-Uni ont fermé leur espace aérien aux avions en provenance de Russie. Une conséquence directe de toutes ces mesures est que la monnaie nationale – le rouble – s’est effondrée.

Le rouble perd du terrain face au dollar à une échelle sans précédent. (Source: exchangerates.co.uk)

Mais les sanctions privées frappent la population encore plus durement

Le fait que les entreprises privées appliquent également les sanctions avec soin est encore plus radical. Les oligarques et autres personnalités politiques de premier plan sont placés sur une liste noire. Cela signifie que des entreprises telles que les banques, les commerçants et les assureurs ne sont plus autorisées à faire des affaires avec eux.

Toutefois, c’est le retrait du secteur privé occidental de la Russie elle-même qui est le plus douloureux pour l’économie russe et ses citoyens. Le fait que l’icône capitaliste McDonalds ait mis fin à ses activités en Russie a fait la une de la presse mondiale. Mais cela va bien plus loin que cela. Du jour au lendemain, les Russes ne peuvent plus payer avec MasterCard, American Express, PayPal ou Visa. Ils sont exclus de toutes sortes d’organisations internationales. C’est absolument sans précédent.

Le Néerlandais Nicholas Mulder, professeur à l’université Cornell de New York, est un expert mondial de l’utilisation des sanctions économiques comme arme de guerre. En janvier de cette année, il a publié – sacré timing – le livre The Economic Weapon : The rise of sanctions as a tool of modern war. Le titre est bien choisi. Les sanctions économiques sont devenues l’arme de choix de l’Occident pour faire la guerre. Mulder, cependant, a de sérieux doutes quant à l’utilité de tout cela.

Ali Khamenei, le chef religieux de l’Iran. (Isopix)

L’Iran et les Talibans savent ce que cela signifie

Aujourd’hui, de lourdes sanctions sont en place contre le régime des Talibans, ce qui fait que l’Afghanistan connaît un hiver de famine dramatique. Selon le Programme alimentaire mondial des Nations unies, 9 millions d’Afghans souffrent aujourd’hui de la faim et ce sort pourrait bientôt toucher plus de 23 millions d’entre eux.

L’Iran est également soumis à un régime quasi permanent de sanctions occidentales depuis la prise de pouvoir de l’ayatollah Khomeini en 1979. Cela a mis l’économie locale à genoux et a clairement démontré que les sanctions ont un effet profond sur la population. Mais elles n’ont pas encore vraiment modifié le comportement de dirigeants iraniens.

Les sanctions ont pour effet de détruire une économie (Source : FMI)

L’histoire des sanctions

C’est surtout depuis la mondialisation et l’imbrication croissante de l’économie mondiale que les sanctions économiques sont devenues une arme. Cette arme a été déployée 19 fois au cours du siècle dernier, la première fois avec le blocus économique de l’Allemagne en 1914. Elle n’a eu d’effet que trois fois, selon Mulder, mais dans des conflits très limités. Deux guerres dans les Balkans dans les années 1920 ont été évitées. Le cas le plus marquant est celui de 1956, lorsque les Américains ont rappelé les Britanniques à l’ordre pendant le blocus du canal de Suez. Le président égyptien de l’époque, Nasser, avait nationalisé la société d’exploitation, qui était auparavant aux mains des Britanniques. Les États-Unis ont menacé de vendre en masse des livres anglaises afin que le taux de change s’effondre.

Mulder affirme donc qu’il n’y a guère de preuves que les sanctions permettent d’éviter les guerres ou d’y mettre fin, même par des mesures drastiques. Plus dangereux encore, les sanctions peuvent avoir des conséquences imprévues.

Isopix

Les conséquences imprévues des sanctions

Les historiens soulignent que les sanctions mises en œuvre contre les Allemands pendant et après la Première Guerre mondiale ont été la principale raison du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. Elles ont constitué un vivier pour la fameuse idéologie du « Lebensraum ». Hitler envahit les pays voisins à la recherche de matières premières telles que le pétrole, les céréales et les métaux. Ceci afin d’obtenir une indépendance vis-à-vis de la pression anglo-américaine.

Les sanctions ont souvent des conséquences qui ne peuvent pas toujours être prévues ou anticipées. Les mesures prises contre l’entreprise chinoise Huawei ont contribué à provoquer une pénurie catastrophique de semi-conducteurs. Et les récentes sanctions contre Maduro au Venezuela ont pour conséquence directe la destruction rapide de la forêt amazonienne dans ce pays, car il autorise désormais les activités prédatrices en raison de la pénurie de devises.

Les dominos peuvent tomber dans la mauvaise direction

En outre, le risque existe que Poutine soit plus que jamais acculé et qu’il aille beaucoup plus loin qu’aujourd’hui. Rien ne garantit que la Moldavie et la Géorgie ne subiront pas le même sort, sans parler des États baltes, où vivent de nombreux Russes. On peut aussi se demander ce qu’il se passera s’il utilise des armes chimiques ou des armes nucléaires ? Tout cela n’est que conjecture, mais il est clair que les incertitudes sont nombreuses et qu’il est vraiment impossible de juger quel sera le prochain domino qui tombera et si cela conduira à une situation beaucoup plus dramatique qu’aujourd’hui.

(Yekaterina Shtukina/POOL/TASS /ABACAPRESS.COM)

Cela signifie-t-il que l’Occident n’aurait rien dû faire ? C’est une question difficile. « Damned if you do, damned if you don’t », disent les Anglais. Il n’y a pas de bonne solution. Ce qui est certain, c’est que nous devons garder le dialogue ouvert avec les Russes.

La question se pose également de savoir comment nous allons traiter les Russes après la fin de la guerre. Adopterons-nous une attitude constructive ou destructrice ? Allons-nous, à l’avenir, traiter les Russes comme nous l’avons fait avec l’Allemagne après la Première Guerre mondiale ou comme nous l’avons fait après la Seconde Guerre mondiale, en supposant que nous ne soyons pas entraînés dans un troisième conflit global ? Nous y reviendrons la prochaine fois dans une autre analyse : « La vérité qui dérange : un jour, nous devrons à nouveau vivre avec les Russes ». La question est de savoir comment ».


L’auteur Xavier Verellen est le PDG de la scale-up QelviQ, dont les bureaux sont situés à Anvers et à New York. QelviQ est une entreprise de l’Internet des objets qui commercialise une solution pour servir les vins à la température idéale dans le monde entier. www.qelviq.com

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20