La Russie veut stimuler fiscalement le développement économique de l’Arctique

Gazprom est en train de construire une grande base à Bovenenkovo. – Gazprom

Le gouvernement russe veut encourager l’exploitation de sa région arctique par le biais de mesures fiscales favorables, démontrent une série de nouvelles mesures annoncées par le Premier ministre russe Mikhail Mishustin. Celles-ci devraient encourager les grandes compagnies pétrolières russes à investir massivement dans de nouveaux projets au-dessus du cercle arctique.

Le développement économique de l’Arctique est une priorité importante pour le président russe Vladimir Poutine. Dans quatre ans, la Russie veut atteindre un trafic d’au moins 80 millions de tonnes sur la route maritime du Nord.

210 milliards d’euros

Aleksandr Kozlov, ministre russe pour l’Extrême-Orient et le Pôle Nord, souligne que l’activité des grandes compagnies pétrolières de la région devrait contribuer à atteindre cet objectif. Kozlov affirme aussi que les projets seront développés à la fois sur terre et en mer. Selon lui, les investissements pourraient s’élever à un total de 14.700 milliards de roubles (210 milliards d’euros).

Entre autres, la Russie s’efforce de réaliser trois projets offshore. Cela impliquerait un investissement total de 25 milliards d’euros. La production de ces projets serait soumise à une charge maximale de 5 % pendant 15 ans. Trois projets pétrochimiques ‘onshore’, avec un investissement total de 41,6 milliards d’euros, pourraient même permettre d’extraire des minéraux sans taxe.

Les activités pétrochimiques seront probablement dirigées par l’entreprise publique Gazprom, qui prévoit déjà la construction d’une grande usine pétrochimique à Bovenenkovo, sur la péninsule de Yamal. La société a une production annuelle de trois millions de tonnes de polyéthylène et de polypropylène.

Ports maritimes

Le gouvernement russe veut également intensifier l’extraction de pétrole dans l’Arctique. Ici aussi, les entreprises se verront proposer une extraction en franchise de droits pendant une période de douze ans.

‘Trois nouveaux grands gisements de pétrole, avec un investissement total d’environ 143 milliards d’euros, peuvent ainsi être réalisés’, souligne Kozlov.

Il étudie par ailleurs Vostok Oil, un plan de l’entreprise d’État Rosneft pour l’exploration du pétrole dans la région de Vangor. L’exportation de cette production se ferait grâce à un nouveau pipeline vers la péninsule de Tajmyr.

En outre, des avantages fiscaux sont également prévus pour le développement des infrastructures et des transports. Les entreprises qui construisent de nouveaux ports maritimes dans la région bénéficient aussi d’une exonération fiscale de dix ans.

Les compagnies maritimes opérant dans la région n’auront pas à payer de TVA sur l’exportation de leur cargaison. Ils peuvent également utiliser les services des brise-glaces sans taxe.

Lire aussi: