La Russie a évité de justesse le défaut de paiement de plusieurs prêts étrangers – mais les marchés financiers anticipent toujours la faillite

Les Russes ont échappé de justesse à un défaut de paiement sur leurs prêts en devises étrangères mardi. Mais les marchés financiers pensent toujours que le pays est au bord du gouffre, rapporte le site d’information Bloomberg. Pourquoi ?

Les prix des swaps de défaut de crédit – contrats financiers qui assurent les investisseurs contre le défaut de paiement – pour les obligations d’État russes suggèrent un risque de défaut de paiement de 67% dans un délai d’un an, et de 88 % dans un délai de cinq ans. Cette estimation est peut-être inférieure à celle d’avril, mais elle reste extrêmement élevée.

La raison en serait la tendance des gouvernements du monde entier à imposer des mesures punitives toujours plus strictes à la Russie. La surenchère des restrictions financières imposées au régime de Poutine laisse les investisseurs dans l’ignorance quant à la possibilité de mettre la main sur les paiements futurs qui leur sont dus par les Russes. Même si Moscou parvient à faire passer l’argent à travers un dédale de sanctions, le succès est loin d’être garanti.

Ancien ennemi

« La Russie finira probablement par faire défaut », explique à Bloomberg Elena Daly, fondatrice d’EM Conseil, un cabinet de conseil basé à Paris et spécialisé dans la gestion de la dette souveraine. « En 2008-09, nous avons vu à quelle vitesse les réserves de change peuvent fondre. Il ne s’agit pas seulement des remboursements de la dette à venir, la Russie doit aussi financer sa machine de guerre et les produits vitaux qu’elle importe. »

Les Russes ont jusqu’à présent réussi à éviter la faillite de l’État. Par exemple, cette semaine, trois investisseurs, qui ont souhaité rester anonymes, ont déclaré avoir reçu des paiements d’intérêts sur leurs prêts obligataires à la Russie – en euros.

Mais les investisseurs ne pensent pas que les Russes puissent continuer à faire des acrobaties. « Un degré élevé d’incertitude continue de planer sur le marché des obligations d’État russes », analyse Andy Sparks, analyste de la société de données MSCI, dans une note. Après tout, les États-Unis peuvent encore mettre des bâtons, sous forme de sanctions sans précédent, dans les roues de leur ennemi de la guerre froide.

Des bâtons dans les roues

En raison de la disparition d’une règle de droit particulière aux États-Unis, la Russie pourrait bien faire défaut lors du prochain paiement des obligations (le 27 mai).

Expliquons : jusqu’à présent, les détenteurs d’obligations occidentaux étaient autorisés à recevoir uniquement les paiements des obligations d’État russes, en raison d’une règle spéciale introduite par le département du Trésor américain à la fin du mois de février. L’exemption – officiellement appelée General Licence 9A – « permet aux personnes américaines de recevoir des intérêts, des dividendes ou des paiements à l’échéance sur des titres de créance ou de participation » du gouvernement russe. En conséquence, les capitaux s’échappent de la Russie malgré les sanctions financières étouffantes.

Le problème pour Moscou est que l’exemption expire le 25 mai. C’est deux jours avant qu’elle ne doive payer aux investisseurs 71 millions de dollars de coupons sur une obligation en dollars, et 36 millions d’euros sur une obligation en euros.

Les détenteurs d’obligations et les analystes sont actuellement dans l’incertitude quant à la prolongation de la clause d’exemption par le Trésor américain.

Des dollars, pas des roubles

La Russie est autorisée à payer en roubles sur l’obligation en euros, grâce à une clause du contrat. Mais elle doit cracher les 71 millions de dollars, selon le site économique Business Insider. Si les investisseurs ne reçoivent pas leur argent, la Russie est en défaut, aux yeux des institutions financières occidentales.

Selon les Russes eux-mêmes, les sanctions occidentales encourageraient un défaut de paiement « artificiel » – après tout, ils ont l’argent nécessaire pour rembourser leurs prêts. Le gouvernement tire toujours des revenus substantiels des exportations d’énergie (y compris vers l’Europe) et a accès à des centaines de milliards de dollars de réserves monétaires, malgré les sanctions qui gèlent une grande partie de ce stock.

Pourtant, un tel argument est « ridicule », estime Timothy Ash, stratège des marchés émergents chez BlueBay Asset Management, cité par Business Insider. « La géopolitique est une partie importante de l’histoire du crédit du pays. On ne peut pas l’ignorer. »

En incluant les 109 millions de dollars dus le 27 mai, la Russie doit encore effectuer près de 2 milliards de dollars de paiements obligataires cette année. Selon les analystes de la banque d’investissement JP Morgan, l’encours des obligations en devises étrangères s’élevait à 39 milliards de dollars en janvier, dont 20 milliards étaient détenus par des investisseurs étrangers.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20