La richesse nationale de la Chine dépasse celle des États-Unis grâce à son marché de l’immobilier

La richesse totale de la Chine a atteint quelque 120 000 milliards de dollars l’année dernière grâce à un énorme boom immobilier.

La richesse nationale de la République populaire de Chine est désormais inégalée dans le monde. En 2020, la richesse totale des Chinois s’élevait à environ 120 000 milliards de dollars. C’est beaucoup plus que les 89 000 milliards de dollars que tous les Américains réunis peuvent comptabiliser. C’est ce que l’on peut lire dans un rapport du McKinsey Global Institute.

McKinsey a suivi dix pays (Australie, Canada, Chine, France, Allemagne, Japon, Mexique, Suède, Royaume-Uni et États-Unis) qui génèrent ensemble plus de 60 % du revenu mondial. Ces pays représentent ensemble une richesse nationale de 510 000 milliards de dollars. Ce chiffre hallucinant est même trois fois supérieur à ce que ces dix pays avaient possédé ensemble en 2000.

La Chine détient une part de 23 % de la richesse totale du groupe des pays les plus riches. La part des États-Unis est tombée à environ 17 %. Le Japon occupe la troisième place avec 7 %.

Un marché immobilier en pleine effervescence

La montée en flèche des prix de l’immobilier est à l’origine de l’augmentation rapide des actifs chinois. Selon l’institut de R&D E-House China, le prix moyen des logements dans les 50 plus grandes villes du pays asiatique était environ 13 fois supérieur au revenu moyen des Chinois. En 2015, cela représentait « seulement » 10 fois le revenu moyen.

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles le prix de l’immobilier en Chine augmente si rapidement. Par exemple, selon le journal japonais Nikkei Asia, une partie de l’argent que le gouvernement chinois a injecté dans l’économie dans le cadre de sa gestion du coronavirus a été injectée dans le marché immobilier. La Chine n’a pas non plus d’impôt uniforme sur la fortune ou sur les successions. Le faible coût de possession d’un bien immobilier décourage donc les gens de vendre leur maison, ce qui fait encore grimper les prix.

Les Chinois sont également convaincus que les prix de l’immobilier ne s’effondreront pas, malgré la bulle immobilière qui se développe dangereusement, comme en témoigne la faillite progressive du méga-entrepreneur Evergrande et d’innombrables autres géants de l’immobilier.

Quoi qu’il en soit, le prix moyen des logements a été multiplié par cinq au cours des vingt dernières années, et les collectivités locales tirent l’essentiel de leurs revenus de la vente des droits sur les terrains publics aux promoteurs immobiliers.

Similitudes avec la bulle immobilière japonaise des années 1990

Le seul pays qui ait jamais dépassé les États-Unis en termes de richesse nationale totale est le Japon dans les années 1990. C’était juste avant que la bulle immobilière japonaise n’éclate complètement. Juste avant que cela ne se produise, l’ensemble du marché immobilier de la capitale Tokyo valait autant que l’ensemble des États-Unis, notaient les observateurs à l’époque.

Il convient également de noter que la richesse nationale du Japon en 1990 représentait environ 8,3 fois le PIB du pays. En 2020, la richesse nationale de la Chine représenterait 8,2 fois son PIB. Le Japon a perdu une grande partie de sa prospérité après que la bulle a finalement éclaté et que son économie a plongé dans une récession grave et prolongée.

Un resserrement soudain du marché chinois pourrait ébranler le système financier de la superpuissance asiatique et, avec le vieillissement de sa population, entraîner une stagnation économique tout aussi durable.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20