La révolution bike-tech est en marche !

Le parfait véhicule du futur se trouve certainement dans votre garage. Je vous guide : il a un guidon, deux roues et une selle pas toujours confortable : le vélo !

A l’inverse de votre vieille bécane qui couine par manque d’huile, le vélo du futur est connecté. Et partagé.

Quésaco encore que cette histoire ? Oubliez les drones, les voitures autonomes et les tunnels hyperloop. Vos déplacements se feront sur une bicyclette.

Partagés et connectés

Dans des villes paralysées par les embouteillages, soyons honnêtes, le vélo est une alternative salvatrice pour arriver à l’heure sur votre lieu de travail. Sauf qu’acheter un vélo, l’entreposer, etc, ça peut vite devenir gonflant. Sans oublier que si vous habitez loin, vous allez plutôt avoir tendance à rallier la ville en train PUIS prendre un vélo pour parcourir les derniers kilomètres, plutôt que de faire l’équivalent d’un Tour de France sans les produits énergisants qui vont de pair.

Donc, son vélo, on le partage. Installé sur un ‘quai’, qui relève de la station de vélos, on le repère grâce à une application qui signale son emplacement.

Résumons:

+ On pédale, c’est bon pour la santé.

+ Plus besoin de se balader avec un cadenas autour du cou pour l’entreposer.

Mais:

– Les stations, ça coûte cher à construire. Et donc, ça se ressent sur le prix du vélo à louer.

Et c’est là que l’aspect ‘connectivité’ prend toute son importance ! Si une app vous aide à localiser le vélo situé à une station … l’app peut aussi vous aider à localiser un vélo qui n’a pas besoin de station.

+ C’est meilleur marché (puisqu’il n’y a pas de station. Suivez un peu.)

+ On peut voyager hors des axes ultra-fréquentés. Pas besoin de trouver une station pour le déposer, on le laisse une fois arrivé à notre point de rendez-vous.

Mais:

-La situation peut devenir chaotique rapidement si chacun abandonne son vélo partagé n’importe où. Mention spéciale pour les trottinettes électriques.

-On se limite aux zones urbaines où la densité de travailleurs et d’habitants est élevée.

Plus loin, plus haut, plus fort !

Et parce qu’il faut toujours faire mieux, la révolution bike-tech se penche sur de nouvelles solutions. Grâce aux évolutions technologiques, les batteries sont de plus en plus légères et les piles de moins en moins chères.

Alors histoire d’aller travailler sans les embouteillages. Sans galérer à trouver votre nouveau destrier de métal. Et sans transpirer. Les esprits créatifs du 21ème siècle vous proposent (roulements de tambour) :

  • Le vélo. Connecté. Sans station. Et électrique.

Parce qu’il est bon de rappeler que c’est parfois dans les vieilles casseroles (un peu tunées) qu’on fait les meilleures soupes, il ne fallait pas se débarrasser de ce bon vieux vélo.