La petite Islande défie Disney pour préserver sa langue

L’Islande, comme une grande partie du monde, a vu le populaire service de streaming Disney+ arriver sur son territoire à la fin de l’année dernière. Mais il y a un problème, déplore le gouvernement: aucun des films et séries ne sont doublés ou sous-titrés en islandais. La ministre islandaise de l’Éducation a envoyé une lettre de colère au patron de Disney, Bob Chapek. Ce qui a clairement suscité l’adhésion des habitants de l’île.

Lilja Alfredsdottir, la ministre islandaise de l’Éducation, a envoyé cette semaine une lettre de plainte à Bob Chapek, CEO de la Walt Disney Company. Elle y exhorte la société à ‘coopérer avec les efforts du pays pour préserver sa langue’.

‘Nous travaillons dur pour préserver notre langue, en particulier chez les enfants et les jeunes qui sont fortement exposés à d’autres langues, principalement l’anglais, au quotidien’, a écrit Alfredsdottir. Cette lettre a également été publiée sur les réseaux sociaux. La ministre a fait remarquer que, surtout pour les enfants, il est crucial de connaître au mieux sa langue maternelle.

Depuis lors, la campagne a pris de l’ampleur. De nombreux Islandais ont soutenu la démarche de leur ministre. Tout cela s’inscrit dans un effort plus large de préservation de la langue islandaise, source d’identité et de fierté pour de nombreux Islandais. Ceux-ci craignent que l’utilisation généralisée de l’anglais dans leur pays ne fasse disparaître leur langue maternelle.

‘Je n’ai jamais eu autant de réactions’, a déclaré Alfredsdottir dans une interview après avoir publié sa lettre sur Facebook. ‘Il est clair que les gens sont passionnés par notre langue.’

Jóhannes Haukur Jóhannesson, l’un des acteurs les plus célèbres d’Islande (il a joué dans Games of Thrones) s’est également joint au mouvement, via Twitter.

Disney+ propose des sous-titres et des doublages audio en 16 langues, bien que la disponibilité de ceux-ci varie selon le titre visionné. La société affirme également qu’elle prévoit d’ajouter d’autres langues à mesure que le service sera disponible dans d’autres pays. L’utilisation du service de streaming est montée en flèche pendant la pandémie. En décembre, l’entreprise comptait déjà environ 87 millions d’abonnés dans le monde.

Andrés Önd et Bangsímon

Les Islandais adorent les personnages de Disney. Beaucoup ont reçu des noms en islandais: Donald Duck est Andrés Önd et Winnie l’ourson s’appelle Bangsímon. De nombreux classiques de Disney ont également été doublés en islandais lors de leur première sortie. Mais ces versions sont absentes de Disney+ et les Islandais ne comprennent pas pourquoi.

‘Je me demande pourquoi ils ne proposent pas au moins les anciennes versions’, a déclaré Thorarinn Eldjarn, un auteur qui a traduit des dizaines de livres pour enfants en islandais au cours de sa longue carrière, dans une interview à la télévision islandaise. ‘Soit ils pensent que l’Islande est trop petite et trop peu importante pour qu’on s’y intéresse, soit ils supposent que tout le monde ici comprend l’anglais’.

L’islandais est une version du norvégien qui n’a pratiquement pas changé sur l’île depuis qu’elle a été peuplée il y a environ 1.100 ans. Mais beaucoup de gens s’inquiètent de l’avenir de cette langue, qui n’est parlée que par quelques centaines de milliers de personnes dans un monde de plus en plus globalisé.

Les enfants parlent déjà l’islandais avec une structure de phrases en anglais

Certaines mesures de protection ont déjà été mises en place. Par exemple, les émissions étrangères doivent toujours être sous-titrées sur les chaînes de télévision. Mais cela ne s’étend pas aux services de streaming, et des exceptions sont également faites pour les événements sportifs internationaux.

De plus, l’anglais est très populaire auprès des jeunes. Parmi les enfants du pays, l’anglais est adopté à un rythme que peu de monde aurait pu imaginer il y a encore dix ans. Les écoles ont dû repenser leur programme car de nombreux élèves n’arrivent plus à lire couramment les volumes des Sagas. Cette littérature médiévale évoque les premiers colons islandais et est considérée comme le fondement de la langue.

Lilja Alfredsdottir, ministre islandaise de l’éduction – Isopix

Tout récemment, une étude a révélé que les plus jeunes enfants de l’île parlent désormais l’anglais sans accent islandais. Et lorsqu’ils communiquent en islandais, la structure de leurs phrases est influencée par celle de l’anglais. On constate également que le vocabulaire des jeunes Islandais se réduit et se mélange à l’anglais, notamment en ce qui concerne les termes techniques. Par exemple, certaines personnes connaissent le mot anglais pour désigner la « civilisation », mais pas nécessairement son équivalent islandais (« siðmenning »).

Selon Eirikur Rognvaldsson, professeur d’islandais, l’influence de l’anglais sur les enfants, en particulier avec Disney+, est problématique. Parce que les films de Disney ont des chansons et des phrases accrocheuses que les enfants répètent souvent. En effet, la durée de l’exposition aux langues tient un grand rôle dans le développement de celles-ci chez les enfants. Une observation constatée via une étude de trois ans pourtant sur 5.000 personnes âgées de 3 à 98 ans.

La ministre Alfredsdottir a affirmé qu’elle comptait interpeller d’autres sociétés médiatiques étrangères. Mais elle a refusé de dire si les services de streaming pourraient être condamnés à des amendes pour ne pas avoir ajouté de sous-titres en islandais. ‘Je pense que nous pouvons faire appel à des intérêts mutuels’, a-t-elle déclaré. ‘Si Disney adopte l’islandais, je suis sûre que les gens les récompenseront par un abonnement.’

Toutefois, l’absence de sous-titres et de doublage islandais n’a pas constitué un frein pour les autres services de streaming jusqu’à présent. Environ 70% des ménages islandais sont abonnés à Netflix, un des chiffres les plus élevés au monde. Or, les films et séries sur Netflix n’ont généralement pas de sous-titres islandais.

Plus
Lire plus...
Marchés
BEL20