La lutte mondiale contre la catastrophe climatique est la plus grande idée fausse de notre époque

La lutte contre le réchauffement climatique est volontiers présentée comme la priorité absolue de la communauté mondiale, mais ce n’est pas le cas. Les activistes climatiques sont trop heureux de prendre leurs souhaits pour la réalité, mais ce n’est pas en détruisant l’économie que l’on sauvera la planète. Le fait que le roi de la voiture électrique Elon Musk ait déclaré à Oslo la semaine dernière que le monde a besoin de plus de pétrole et de gaz veut tout dire.

Le Sri Lanka est tombé « sous le charme des élites vertes occidentales » qui colportent l’agriculture biologique, mettant en place des critères ESG utopiques sur l’utilisation des engrais. Le pays est maintenant en faillite. Les agriculteurs néerlandais sont réduits à la mendicité. Notre voisine, l’Allemagne, ancienne superpuissance du charbon dont les richesses fossiles ont été épuisées après des décennies d’exploitation, se considère désormais comme une pionnière politique de la décarbonisation des cycles économiques.

Ce n’est pas le climat, mais la lutte contre la pauvreté et le sous-développement qui prévaut

Les autres superpuissances économiques ne sont pas impressionnées. Les États pétroliers et gaziers en premier lieu. Alors qu’on nous conseille de baisser le chauffage et d’enfiler un pull plus chaud, les Saoudiens construisent dans le désert la plus grande piste de ski couverte du monde. Et même les grands consommateurs de combustibles fossiles – comme l’Inde et la Chine – n’ont pas l’intention de subordonner leurs priorités aux nôtres.

Leur priorité est la lutte contre la pauvreté et le sous-développement. Ce ne sont pas des négationnistes du climat, mais ils poursuivent un programme différent. Ils font partie d’un processus de rattrapage mondial, cherchant à égaler la prospérité qui est la nôtre depuis des décennies. Ils ne sont pas intéressés par la construction de lotissements écologiques modèles, ils veulent libérer leur peuple des bidonvilles.

Les bureaucrates sont commodément séparés des conséquences de leurs actions

Alors que le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez veut interdire aux commerçants de climatiser leurs magasins à moins de 27 degrés et conseille aux hommes de faire tomber la cravate pour économiser l’énergie, 80% de la population mondiale doit encore monter dans un avion pour la toute première fois. Dans la majeure partie du monde, moins d’une personne sur 20 possède une voiture.

De nombreux hommes politiques, qui excellent dans l’élaboration de mesures d’économie d’énergie destructrices, préfèrent voyager en jet privé, tout comme Sanchez. « La bureaucratie est une construction par laquelle une personne est commodément séparée des conséquences de ses actions », estime le scientifique libano-américain et ancien trader de produits dérivés Nassim Nicholas Taleb. Ou encore « la malédiction de la modernité est que nous sommes de plus en plus peuplés par une classe de personnes qui sont meilleures pour expliquer que pour comprendre, ou meilleures pour expliquer que pour faire. »

Enfin, ajoutons ceci. Selon SOS Villages d’Enfants, deux tiers de la population indienne vit avec moins de deux dollars par jour. Soit plus de 930 millions de personnes. Soit deux fois la population de l’UE. En Chine aussi, loin des métropoles étincelantes, un quart de la population est encore prisonnier de la pauvreté. Le salaire rural moyen net y est de 5,50 euros par jour.

Le climat ne figure même pas au bas de la liste des priorités.

(OD)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20