La hausse des taux est contagieuse: la Banque Nationale suisse s’y met aussi. Une première en 15 ans

À la surprise générale, la Banque Nationale suisse a augmenté ses taux d’intérêt pour la première fois depuis 2007. Elle emboite ainsi le pas à la Réserve fédérale américaine qui a relevé ses taux d’intérêt de 75 points de base. Elle ne devrait d’ailleurs pas être la seule. Il y a en effet fort à parier que la Banque centrale européenne suive l’exemple américain.

La Banque Nationale suisse a relevé son taux indicateur de 50 points de base, passant ainsi de -0,75% à -0,25%, rapporte Bloomberg. Une décision extraordinaire qui a fait bondir le franc suisse de plus de 2% par rapport à l’euro et qui est intervenue quelques heures après l’annonce de la Fed d’une hausse de 75 points de base de ses taux d’intérêt, ce qui laisse penser que l’influence de la Réserve fédérale dépasse les frontières américaines.

La Suisse n’échappe pas à l’inflation

Le pays helvétique monte ainsi dans le train mondial du resserrement monétaire. « Ce resserrement des rênes monétaires doit empêcher l’inflation de s’étendre en Suisse à un plus large cercle de biens et services », a indiqué la BNS dans un communiqué, rapporte Reuters. D’ailleurs, de nouvelles hausses des taux d’intérêt ne sont pas exclues.

« Nous n’excluons pas de nouvelles hausses de taux, mais nous ne sommes pas non plus dans le domaine de la prospective », a déclaré le président de la Banque Nationale suisse, Thomas Jordan, à Bloomberg. « Nous ne devons pas sous-estimer le risque d’inflation élevée. »

La BNS maintient sa prévision concernant la croissance de l’économie, soit de 2,5% en 2022, mais elle relève celle de l’inflation à 2,8% contre 2,1% auparavant. Les prix à la consommation devraient augmenter de 1,9% en 2023 et de 1,6% en 2024, alors qu’elle prévoyait précédemment une hausse de seulement 0,9% pour ces deux années.

Un franc déprécié

Le président de la Banque Nationale suisse a également indiqué qu’il n’excluait pas une intervention en cas de fluctuations excessives de la monnaie nationale. Le franc a en effet récemment vu sa valeur fortement dépréciée, alors que la vigueur de la monnaie avait jusqu’ici atténué l’impact de l’inflation en Suisse.

Un mouvement général

Si la Suisse emboite le pas aux États-Unis, elle ne devrait pas être la seule. La Banque d’Angleterre vient en effet d’annoncer une nouvelle hausse des taux d’intérêt de 0,25%. Quant à la Banque centrale européenne, elle a précédemment annoncé qu’elle procéderait de la même façon, au mois de juillet, mais l’emballement général pourrait accélérer les choses.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20