La forêt amazonienne est-elle sur le point de s’effondrer ?

L’Amazonie existe depuis au moins 55 millions d’années sous la forme d’une forêt tropicale dense et humide, grouillant de vie. Mais une nouvelle étude montre que plus de 75% de l’écosystème a perdu sa résilience depuis le début des années 2000 en raison du changement climatique. La forêt amazonienne est-elle sur le point de s’effondrer ?

Couvrant une superficie de 5,5 millions de kilomètres carrés, la forêt amazonienne est la plus grande de son genre et abrite environ une espèce sur dix de toutes les espèces connues sur la planète. À ce jour, au moins 40.000 plantes, 2.200 poissons, 1.200 oiseaux, 400 mammifères, 400 amphibiens et 375 reptiles ont été scientifiquement classés dans la région, sans compter près de 2,5 millions d’espèces d’insectes.

La résilience des écosystèmes, c’est-à-dire leur capacité à maintenir des processus naturels habituels, tels que la repousse de la végétation après une sécheresse, est un concept notoirement difficile à mesurer pour les scientifiques. Dans la nouvelle étude, les auteurs ont analysé des images satellites de zones de forêt tropicale éloignées en Amazonie entre 1991 et 2016. Grâce à une technique appelée Vegetation Optical Depth (VOD, profondeur optique de la végétation), ils ont pu déterminer que la biomasse forestière (le poids total des organismes dans une zone donnée) met plus de temps à se reconstituer.

Les implications d’un point de basculement

Cela suggère que des saisons sèches plus longues et des conditions plus sèches dues au changement climatique sapent la capacité de la forêt tropicale à se remettre de sécheresses consécutives. Par exemple, les auteurs notent que les espèces d’arbres sensibles à la sécheresse sont remplacées beaucoup plus lentement par des espèces d’arbres résistantes à la sécheresse. Cela pourrait signifier que l’Amazonie s’approche d’un point de basculement qui, s’il est franchi, conduirait à l’effondrement de la forêt tropicale et à son remplacement par une prairie sèche ou une savane.

Le nouvel article présente des preuves supplémentaires que la végétation de l’Amazonie est en train de changer. Ces changements peuvent indiquer que la forêt tropicale perd de sa résilience ou peut-être que les saisons deviennent plus sèches avec des sécheresses plus fréquentes.

Cela pourrait arriver plus vite que l’on pense

Mais ces résultats ne nous disent pas quand une transition cruciale pourrait se produire, ou si elle est déjà en cours. La question de savoir si l’Amazonie atteint un point de basculement qui pourrait transformer son état reste sans réponse.

La nouvelle étude a examiné l’impact du changement climatique sur la forêt tropicale sous la forme de sécheresses plus longues et plus sèches. Mais les scientifiques savent que la construction de routes et l’expansion agricole sont également de sérieuses sources de stress. Si le seuil critique au-delà duquel l’Amazonie risque de s’effondrer n’a pas encore été franchi, les effets combinés de ces facteurs peuvent signifier que cela se produira plus tôt que prévu, et plus tôt que si l’on considérait un facteur de stress isolément. Une fois la transition entamée, il se peut qu’il ne faille que quelques décennies pour que l’Amazonie atteigne un nouvel état.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20