La crise ukrainienne renforce la popularité de Poutine en Russie, mais cela pourrait être de courte durée

Dans un contexte de tensions croissantes en Ukraine, les sondages d’opinion en Russie montrent un soutien croissant à Poutine. Mais cela pourrait être de courte durée. L’histoire montre que les guerres de diversion – qui consistent à combattre à l’étranger pour détourner l’attention des problèmes intérieurs – ont rarement fonctionné pour Poutine.

L’histoire nous enseigne également que les aventures militaires audacieuses et coûteuses diminuent, au fil du temps, la popularité du Kremlin. En fin de compte, la guerre exige une énorme quantité de bonne volonté et de soutien de la part du public envers un dirigeant politique – bien plus qu’un bref pic de popularité ne peut garantir.

Le renforcement militaire de la Russie le long de la frontière ukrainienne au cours des derniers mois a coïncidé avec une hausse constante de la popularité de M. Poutine. Quelque 69 % des Russes approuvent Poutine aujourd’hui, alors qu’ils n’étaient que 61 % à l’approuver en août 2021, selon le centre Levada de Russie. Et 29 % des Russes désapprouvent Poutine, contre 37 % en août 2021. Ce groupe de sondage est la principale organisation indépendante de recherche sociologique en Russie.

Le soutien au Premier ministre russe Mikhail Mishustin et à son cabinet a également augmenté modérément au cours de la même période. Ainsi, le public russe croit largement que le Kremlin défend la Russie en tenant tête à l’Occident.

Poutine bénéficie d’une cote de popularité relativement élevée depuis qu’il est devenu président en mai 2000. Sa popularité a atteint 79 % en moyenne au cours de ses 20 premières années de mandat. Certains politologues attribuent cette tendance au « charisme personnel et à l’image publique de Poutine » et à la préférence des Russes pour un « dirigeant fort ». D’autres experts affirment qu’ils ne font que refléter l’indifférence et la confiance symbolique des Russes envers les dirigeants politiques.

La plupart des Russes ne veulent pas de la guerre, surtout pas les jeunes

Selon les sondages réalisés par le Levada Center, environ 38% des Russes ne considéraient pas une guerre avec l’Ukraine en décembre 2021 comme une réelle possibilité. Un autre 15% a complètement exclu la possibilité d’un conflit armé. Environ 83 % des Russes ont une vision positive à l’égard des Ukrainiens. Et 51% des Russes disent que la Russie et l’Ukraine devraient être des pays indépendants, mais amis.

Ce qui est populaire auprès des Russes, c’est l’histoire selon laquelle la Russie est une forteresse assiégée, repoussant constamment les attaques occidentales. La moitié des Russes rendent les États-Unis et l’OTAN responsables de la crise actuelle, tandis que 16 % pensent que l’Ukraine est l’agresseur. Seuls 4% pensent que la Russie est responsable.

Il est frappant de constater que 66 % des Russes âgés de 18 à 24 ans ont une attitude positive ou très positive envers l’Ukraine. Et ce, malgré un fond de vitriol incessant dirigé contre l’Ukraine à la télévision d’État, et l’idée persistante et souvent répétée que ce sont les attaques extérieures qui obligent la Russie à prendre des mesures défensives.

Les Russes ne ressentent pas le même lien avec le Donbas qu’avant la Crimée

Le taux d’approbation de Poutine a atteint un record de 89 % moins d’un an après que la Russie a annexé par la force la péninsule ukrainienne de Crimée, en 2014. Cette conquête, qui s’est déroulée sans effusion de sang, a suscité une « euphorie collective » chez les Russes, qui ont souvent passé des vacances sur le littoral pittoresque de la Crimée. Mais les autres actions militaires récentes de la Russie, notamment son invasion de la Géorgie en 2008 et son intervention dans la guerre civile syrienne en 2015, n’ont pas été accueillies avec le même enthousiasme.

Le soutien de l’opinion publique a diminué après ces deux interventions militaires. Les Russes ne ressentent pas non plus le même attachement personnel pour le Donbas que pour la Crimée. Les sondages réalisés depuis l’annexion de la Crimée en 2014 montrent systématiquement que la plupart des Russes soutiennent l’indépendance des deux républiques autoproclamées du Donbas. Mais ils ne les voient pas faire partie de la Fédération de Russie.

Les Russes risquent de le sentir durement dans leur portemonnaie

Le conflit qui se déroule en Ukraine pourrait entraîner le retour à Moscou d’innombrables sacs mortuaires de soldats russes. L’intervention militaire de la Russie en Ukraine risque de saper la légitimité de Poutine sur le plan intérieur et de le contraindre à consacrer davantage de ressources à l’élimination des dissidents internes.

En outre, l’économie russe est déjà confrontée à une inflation élevée et à des taux de croissance faibles. Les sanctions américaines et européennes pourraient avoir des retombées économiques considérables qui feraient très mal au porte-monnaie des Russes – et éroderaient encore davantage le soutien de M. Poutine.

Le Russe moyen en a assez de se mentir à lui-même et de se convaincre que si la guerre arrive, elle n’affectera pas sa vie ou celle des membres de sa famille. Les conformistes russes sont, bien sûr, des gens traditionnellement belliqueux, mais leur côté va-t-en-guerre est limité aux talk-shows télévisés de propagande, ou aux prises de position en ligne. Aucun conformiste ne souhaite une guerre à grande échelle : la conscription ne fait pas partie du contrat social, surtout en période d’inflation croissante et de stagnation économique.

Un mécontentement silencieux que la pandémie ne fait qu’exacerber

La propagande d’État a également abusé de son pouvoir de mobilisation. Elle a créé une peur de la guerre mondiale. Fin 2018, 56 % des personnes interrogées dans le cadre d’une enquête du Levada Center ont déclaré qu’il existait une menace militaire importante provenant d’autres pays. Cette année, la crainte d’une guerre mondiale a augmenté de façon spectaculaire et a atteint une solide deuxième place dans une liste du Levada Center des problèmes les plus importants qui inquiètent les Russes. Les autres craintes qui sont apparues parallèlement à la peur de la guerre sont celles d’un régime politique de plus en plus dur, d’une répression massive et de l’arbitraire.

La pandémie n’a fait que confirmer ce clivage d’attitude à l’égard des autorités : ils soutiennent les symboles – le drapeau, l’hymne et Poutine en tant que représentation de la puissance géopolitique – mais ils ne font pas confiance aux initiatives spécifiques et aux actions des autorités aux différents niveaux politiques. Ce type de mécontentement silencieux était visible lors des élections parlementaires de 2021, lorsque les gens ont voté pour le Parti communiste comme une alternative abstraite aux autorités actuelles.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20