La course au vaccin ne profite pas qu’aux Big pharma: voici ses autres gagnants… et perdants

Vaccin Pfizer coronacvirus Biontech
Isopix

Les promesses d’un vaccin efficace contre le coronavirus ont nourri les espoirs d’une population désespérée qui entrevoit la fin de la pandémie au bout du tunnel. Alors que la nouvelle s’est également traduite par une tendance à la hausse dans les marchés, il apparaît que le vaccin tant attendu profiterait plus à certains secteurs qu’à d’autres. 

Les annonces promettant un vaccin efficace contre le coronavirus se succèdent depuis quelques jours. Il y a une semaine environ, Moderna Pharmaceutics annonçait avoir mis au point un vaccin efficace à plus de 94,5%.  Le 9 novembre dernier, c’est Pfizer et le laboratoire allemand BionTech qui affirmaient que leur vaccin contre le Covid-19 était efficace à plus de 90%.

Ces révélations, qui ont eu l’effet d’une bombe, surviennent alors que le coronavirus se propage de façon incontrôlable. Bien que la nouvelle puisse en réjouir plus d’un, les experts et l’OMS tempèrent ces résultats, car il faudra du temps avant que ces vaccins ne soient réellement accessibles à l’ensemble de la population et qu’une première étude complète soit rédigée par des experts. 

Une enquête réalisée par la banque d’investissement Liberum, suite à l’annonce de Moderna, suggère néanmoins que le vaccin, même à ce stade que l’on peut juger prématuré, devrait déjà avantager certains secteurs sur les marchés. 

Les ‘gagnants’ 

L’aviation. En tête du classement, le secteur de l’aviation, fortement touché par la pandémie. 

  • Le 16 novembre, suite à l’annonce de Moderna, l’indice de United Airlines a augmenté de 8,6%, tandis que ceux d’American Airlines et de Delta ont tous les deux fait un bond de 6%. Les actions de l’International Airlines Group (British Airways) ont aussi augmenté de 12,2% –  alors qu’elles avaient déjà enregistré une hausse de 40% suite à l’annonce de Pfizer.

‘Les voyages d’affaires et de loisir devraient connaître un nouvel essor, même s’il reste encore de nombreux défis à relever pour les compagnies aériennes’, a déclaré Brendan Sobie, un analyste spécialisé dans le secteur de l’aviation.  

Cette ascension ne devrait pas non plus se faire sans déboires : ‘La demande pourrait chuter de 5 à 20% de façon permanente, car les entreprises en viennent à considérer les voyages d’affaires comme secondaires ou facultatifs’, ajoute-t-il.  

2. Les biens immobiliers commerciaux. Le secteur a été durement touché par la pandémie mais l’idée d’un vaccin viable a fait renaître la perspective d’un retour au travail, tant dans les bureaux que dans les grands buildings. 

  • Si bien qu’iShares Global REIT ETF a enregistré une augmentation d’environ 9% depuis l’annonce de Pfizer le 6 novembre. 
  • Les actions d’Empire State Realty Trust, un fonds d’investissement immobilier dédié aux immeubles de bureaux et aux commerces de détail à Manhattan, ont fait un bond de plus de 37% après l’annonce de Pfizer. Les actions de SL Green, l’un des plus grands propriétaires commerciaux de New York, ont aussi augmenté d’environ 37%.
  • Au Royaume-Uni, les actions ont également connu une ascension fulgurante chez Land Securities et British Land.

‘Les investisseurs s’attendent à ce que le marché de l’immobilier commercial en Europe et aux États-Unis soit un des secteurs qui profitent le plus de l’arrivée du vaccin’, déclare Lee Fong, directeur de département de recherches Asie-Pacifique de la société de services immobiliers Jones Lang LaSalle.  ‘Un retour progressif à la normale devrait également inciter les décideurs, qu’ils soient occupants ou investisseurs, à aller de l’avant dans leurs projets, ce qui favorisera la reprise de l’activité immobilière’, a-t-il déclaré. 

Les ‘perdants’ 

1. Les entreprises spécialisées dans les technologies de pointe, dites les stay at home companies. Leurs actions ont prospéré durant la pandémie, mais elles ont déjà enregistré une légère baisse après les annonces des boîtes pharmaceutiques. 

  • C’est notamment le cas pour Amazon, qui a vu ses actions chuter d’environ 5,1% peu après que Pfizer ait dit avoir trouvé un vaccin efficace à 90%. De l’autre côté de l’Atlantique, c’est le détaillant de produits alimentaires en ligne Ocado, coté en Bourse à Londres, qui a perdu 5,2%.
  • Les actions de Zoom, qui a été plébiscité durant la pandémie pour ses visioconférences, ont aussi chuté de 17,4%. Les actions de Netflix ont également enregistré une légère baisse, chutant de 8,6% après l’annonce de Pfizer.

On peut en effet parler d’un virage à 180 degrés. Avant que Pfizer n’évoque son précieux remède, Zoom pouvait revendiquer une hausse 635% pour 2020, contre 79,2% pour Amazon 79,2% et 59,1% pour Netflix. 

S’agit-il d’un tournant décisif? ‘C’est tout à fait possible’, explique Johanna Kyrklund, directrice des investissements de la société de gestion d’actifs Schroders.

Le vaccin pourrait alors être non seulement être perçu comme un remède qui permettrait à la population d’entrevoir le bout du tunnel, mais aussi comme un catalyseur sur les secteurs où les actions des biens ‘Stay at home’ pourraient, petit à petit, laisser leur place à d’autres biens qui, jusqu’ici , connaissaient une lente agonie.