La Corée du Sud appelle sa voisine du Nord à suspendre les hostilités après de nouvelles menaces

Une photo publiée par l'Agence centrale de presse officielle de la Corée du Nord (KCNA) le 24 mai montre le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un lors d'une réunion de chefs militaires à Pyongyang, en Corée du Nord. (EPA-EFE/KCNA)
Une photo publiée par l’Agence centrale de presse officielle de la Corée du Nord (KCNA) le 24 mai montre le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un lors d’une réunion de chefs militaires à Pyongyang, en Corée du Nord. (EPA-EFE/KCNA)

Le président sud-coréen Moon Jae-in a appelé lundi la Corée du Nord à cesser d’attiser des tensions et à reprendre les négociations. Il a déclaré que deux pays rivaux ne doivent pas revenir sur les accords de paix conclus avec le président Kim Jong-un en 2018.

Vendredi, la Corée du Nord a non seulement menacé de détruire un bureau de liaison intercoréen situé sur son territoire mais aussi de prendre de nouvelles mesures militaires contre son voisin du Sud. Après ce nouvel élan d’étincelles en provenance du Nord, le président sud-coréen veut maintenant calmer le jeu.

Il faut dire que ces nouvelles menaces nord-coréennes mettent sérieusement en péril l’accord arraché entre les deux nations trouvé lors trois sommets en 2018. Celui-ci visait une réconciliation coréenne et la recherche d’une solution à l’épineuse question nucléaire.

‘La Corée du Nord ne doit pas couper les communications et créer des tensions pour revenir à une période de confrontation passée’, a déclaré Moon lors d’une réunion avec les principaux conseillers présidentiels. ‘Nous ne devons pas repousser les promesses de paix que le président Kim Jong Un et moi-même avons faites.’

Lors de deux des trois sommets intercoréens, Moon Jae-in et Kim Jong Un ont convenu de la dénucléarisation de la péninsule et d’autres mesures afin d’améliorer leurs échanges loin des tensions militaires, indique l’agence AP. La contribution du président sud-coréen à ces accords est considérable, mais les relations entre les deux nations se sont à nouveau détériorées après l’échec d’un deuxième sommet Kim-Trump début 2019.

Relations américano-coréennes

Elles ne vont pas en s’améliorant ces derniers temps. La Corée du Nord a récemment durci son discours contre la Corée du Sud, l’accusant de ne pas avoir empêché des militants de lancer des tracts de propagande à travers leur frontière. Histoire d’apaiser les tensions, le gouvernement de Moon a lui promis d’interdire toute campagne de distribution de tracts aux civils. Mais le Nord ne se satisfait pas d’une telle réponse, jugeant qu’elle ‘manque de sincérité’.

Selon des observateurs, les (bonnes) relations entre la Corée du Sud et les États-Unis sont également au cœur des tensions. La Corée du Nord serait en effet frustrée de l’attachement de Séoul à Washington. Des liens qui auraient empêché les deux nations voisines de relancer des projets économiques communs, bloqués par les sanctions américaines.

Moon a de son côté déclaré que ‘les deux Corées doivent prendre l’initiative de trouver une percée’, appelant les nations ‘les maîtres du destin pour la péninsule coréenne’. Il a déclaré que son gouvernement continuera à s’efforcer de promouvoir le dialogue avec la Corée du Nord. Reste à voir si cette volonté est réciproque…

Lire aussi: