La Commission veut voir les codes couleur unifiés en Europe

EPA

Les restrictions de voyage dans l’Europe mènent souvent à des batailles diplomatiques. Chaque Etat décidant pour son territoire et ses ressortissants, il en ressort un certain anarchisme.

La Belgique a ajouté ce vendredi 6 départements français en rouge, en plus de toute l’Espagne continentale. Il est désormais interdit de s’y rendre pour tous les citoyens belges.

Pourtant les Pays-Bas adoptent toujours une couleur orange pour la plupart de ces zones à risques. Car les critères diffèrent de pays en pays.

L’Union européenne veut mettre un peu d’ordre dans tout ça. ‘Notre droit à la circulation est sérieusement entravé par la pandémie. Pour de nombreux citoyens qui espèrent un voyage tranquille, la cacophonie des règles est assommante. Nous voulons faciliter les choses’, déclare le Commissaire européen à la Justice Didier Reynders.

Uniformisation des indicateurs

Bruxelles souhaite uniformiser les indicateurs. Parmi eux, le nombre de nouvelles infections quotidiennes (par 100.000 habitants) et/ou le pourcentage de tests positifs par rapport au nombre total de tests effectués. Le tout pourrait être coordonné par le Centre européen de prévention et de contrôles des maladies (ECDC), qui produit déjà une carte hebdomadaire à titre indicatif.

La Commission plaide également pour que les personnes qui proviennent des zones rouges ne soient pas interdites d’accès les territoires. Préférer un test voire une quarantaine à l’exclusion devrait être l’objectif, les États restant maîtres des conditions et de la durée de la quarantaine.

Pour l’heure, il est demandé aux pays qui placeraient un autre pays en zone rouge de mieux communiquer l’information en amont.

La Commission demande aux États membres de se réunir dans les plus brefs délais pour évoquer ces sujets.