La Chine est à des années-lumière de l’Europe grâce à ses nouveaux réacteurs nucléaires

(Isopix)

Avec le succès imminent des réacteurs nucléaires de Hualong, la Chine veut démontrer que l’énergie nucléaire se coordonne bien avec l’éolien et le solaire dans le but d’être climatiquement neutre en 2060. Son ambitieux programme nucléaire lui permet de largement dépasser l’Europe, toujours indécise. Le premier réacteur sera livré cette semaine.

La Chine a réussi à faire baisser les prix de l’énergie grâce au programme nucléaire de Hualong. La superpuissance asiatique souhaite désormais associer l’énergie nucléaire aux sources d’énergies renouvelables afin d’atteindre la neutralité carbone en 2060.

Les réacteurs de Hualong sont la dernière génération de réacteurs à eau pressurisée. Les premiers de ces réacteurs seront installés dans les centrales électriques des provinces du Fujian, Guanxi et Guangdong. Actuellement, le nucléaire couvre seulement 4,8% des besoins en électricité du pays. Son utilisation a augmenté de 5% l’année dernière.

Cela reste très peu par rapport aux éoliennes et aux panneaux solaires. Ensemble, ils ont augmenté de 16% en 2020. Tandis que l’utilisation du gaz naturel et du charbon n’a augmenté que de 2,5%. La Chine semble donc bien partie pour atteindre ses objectifs climatiques.

Rendre l’énergie nucléaire plus compétitive

‘Le coût élevé des centrales nucléaires de troisième génération dans le monde a ralenti l’achèvement de nouveaux projets’, a indiqué Lin Boqiang, directeur de l’Institut chinois de politique énergétique, dans une interview accordée au journal hongkongais SCMP.

‘Avec la livraison du réacteur de Hualong, ces coûts peuvent être largement réduits. D’ici 5 ans, nous serons en mesure de proposer ces réacteurs pour d’autres centrales électriques. Cela réduira encore les coûts et l’énergie nucléaire deviendra également plus compétitive’, ajoute Lin.

Le nucléaire décroit en Europe

Les grands efforts de la Chine dans le secteur énergétique créé un impressionnant écart avec l’Europe, qui accuse désormais un retard dans ce secteur. Ces dernières années, les pays européens ont eu des difficultés à lancer de nouveaux projets de centrales nucléaires. La construction des précédents projets a stagné pendant près d’une décennie.

En outre, de nombreux désaccords persistent au sein des institutions politiques européennes sur l’utilisation de l’énergie nucléaire. Le nucléaire représente 26 % de la production totale d’électricité dans l’Union européenne avec en tout 126 réacteurs opérationnels. L’accord en vue du Green Deal et de la neutralité carbone à l’horizon 2050 prévoit toutefois une baisse pour arriver à un mix énergétique où le nucléaire ne pèserait plus que 12 à 15%.

Lin Boqiang n’a pas hésité à donner son opinion sur ce sujet : ‘De nombreux pays doutent encore de l’utilisation de l’énergie nucléaire en raison de divers risques. À un moment donné, nous devons décider si le changement climatique ou l’énergie nucléaire représentent une plus grande menace pour l’humanité. Nous ne pourrons pas survivre uniquement avec l’énergie durable pour le moment’.

Pour en savoir plus: