Kim Jong-un admet l’échec ‘massif’ de sa politique économique

Isopix

Kim Jong-un a déclaré à l’ouverture du congrès du parti que son plan économique quinquennal n’avait pas atteint la plupart de ses objectifs. Une honnêteté rare chez le dirigeant nord-coréen.

‘Nous devons promouvoir et étendre davantage les succès et les victoires que nous avons obtenus, mais éviter de nier les leçons douloureuses’, a déclaré Kim Jong-un lors de son congrès devant le Parti des travailleurs. Cela a été rapporté par l’agence de presse nord-coréenne KCNA.

Ce rare rassemblement politique est le huitième de l’histoire de la Corée du Nord et a été organisé pour la dernière fois en 2016. Quelque 4.750 délégués et 2.000 spectateurs ont assisté à la convention. Le dirigeant nord-coréen devait annoncer un nouveau plan quinquennal, en plus de sa politique étrangère.

‘Les objectifs n’ont pas été atteints’

Dans son discours d’ouverture, Kim a déclaré que le pays avait remporté une ‘victoire miraculeuse’ en renforçant sa puissance et son prestige mondial. Il a ainsi évoqué, entre autres, les tests réussis en 2017 des missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) qui pourraient frapper le continent américain.

Mais que le dirigeant nord-coréen ait par la suite admis ses erreurs, dans un pays où la famille Kim est considérée comme une famille divine, est tout à fait inhabituel. ‘Dans la plupart des domaines, les résultats n’atteignent pas nos objectifs’, a-t-il déclaré, selon KCNA.

Avec son plan quinquennal précédent, Kim cherchait à accélérer la croissance économique du pays et à promouvoir l’approvisionnement en électricité, mais selon les Nations Unies (ONU), la Corée du Nord est aux prises avec de graves pénuries d’électricité et de nourriture depuis des années. Ajoutez à cela une série de sanctions, la pandémie et de graves inondations, le pays se trouve dans une situation catastrophique.

‘Blâmer le Covid-19’

Alors que le régime insiste sur le fait qu’il n’a enregistré aucun cas de Covid-19, la fermeture des frontières et la suspension des vols internationaux ont mis encore plus de pression sur une économie fragile.

‘Il semble avoir pris la décision stratégique d’admettre l’échec économique, et de blâmer le coronavirus qui en serait la cause (depuis l’étranger)’, a déclaré Shin Beom-chul, professeur à l’Institut coréen de recherche pour la stratégie nationale à Séoul, la capitale sud-coréenne. ‘Il essaie également de renforcer son image de leader humain.’