Marchés:
Chargement en cours…

DIMANCHE 25 OCT

Business 24/7

Zoeken
scrollTop top

Joe Biden bat Trump dans tous les sondages. Allons-nous revivre 2016 ?

Logo Business AM
Politique

09/06/2020 | Dominique Dewitte | 10 min de lecture

(EPA-EFE/EUGENE GARCIA)

Joe Biden a remporté en toute discrétion la nomination du Parti démocrate (DNC) à la présidence le week-end dernier. Pas vraiment une surprise, car après l’abandon de Bernie Sanders début avril, Biden était le seul candidat qui restait. Mais la nouvelle a été complètement éclipsée par les marches de protestation contre le racisme et la pandémie de Covid-19.

Pourtant, Biden a le vent en poupe. Le président Donald Trump n’en mène pas large dans les sondages et perd à chaque coup face à Biden. CNN donne même au sénateur du Delaware une avance de 14% lundi (55 contre 41%). Les médias parlent déjà d’un « glissement de terrain », dans lequel Trump serait anéanti à l’échelle nationale.

Si l’histoire sert de guide, Trump ne devrait pas avoir à s’inquiéter. En 2016, aucun des six « sondages » nationaux – qui regroupent plusieurs sondages – n’avait prédit une victoire pour Trump. L’avance d’Hillary Clinton était constamment surestimée, et aucun analyste ne prévoyait une victoire de Trump au Collège électoral. Trump peut-il réaliser ce tour de force une deuxième fois?

Journées les plus chaotiques depuis 1968

EPA-EFE/ETIENNE LAURENT

L’Amérique a connu ses jours les plus chaotiques depuis 1968, une année marquée par le meurtre du Dr Martin Luther King Jr. et de Robert F. Kennedy. Tout comme à l’époque, le racisme est au cœur du problème. Des centaines de milliers d’Américains sont descendus dans les rues pendant 12 jours pour protester contre la brutalité policière qui a tué George Floyd. Le président Trump se profile près de 150 jours avant les élections comme l’homme de la « LOI et de L’ORDRE » et la semaine dernière, il voulait déployer l’armée pour « nettoyer » les rues. Le Pentagone ne l’a pas soutenu, c’est donc la Garde nationale qui est finalement intervenue.

Les événements des derniers jours jouent en faveur de Biden. C’est en tout cas le récit des médias grand public. La même presse qui, en 2016, a toujours sous-estimé l’importance de la question de l’immigration et des délits connexes, deux thèmes qui allaient porter Trump jusqu’à la Maison Blanche.

Le GOP est désormais « Trump’s Party »

Le week-end dernier, l’ancien président George W. Bush et l’ancien candidat républicain à la présidentielle Mitt Romney ont déclaré qu’ils ne voteraient pas pour Trump en novembre prochain. L’ancien secrétaire à la Défense, Colin Powell, a même annoncé qu’il voterait pour Biden. Les gens qui ont dirigé le parti républicain se retournent maintenant contre Trump. Mais dans quelle mesure ces personnes ont-elles une influence sur le GOP, qui a depuis longtemps été transformé en « Trump’s Party »?

Trump s’en tire encore pas mal au sein de ses propres troupes. Parmi les républicains, il atteint un score de satisfaction qui dépasse facilement les 80%. Les rapports sur sa mort politique imminente font sourire certains. Celui qui peut survivre « aux violeurs mexicains« , à Stormy Daniels, à John McCain, au « Grab-them-by-the Pussy », au Russia gate, à Kavanaugh ou à l’impeachment peut également survivre au mouvement « Black Lives Matter » et au Covid-19. Les démocrates et l’élite continuent de croire que le « point de basculement » est maintenant atteint. Mais cela n’a jamais été le cas.

Regardez ce qu’il fait, pas ce qu’il dit

EPA-EFE/BRANDON DILL

Les électeurs de Trump ne sont pas nécessairement de grands fans de l’homme lui-même. Certains le méprisent, mais voteront pour lui car il est le « dernier homme debout » à défendre leur mode de vie. Regardez ce qu’il fait, pas ce qu’il dit, c’est l’opinion de beaucoup d’Américains. Malgré ses tempêtes quotidiennes sur Twitter souvent nauséabondes, Trump se positionne comme un républicain pur jus. Avec une politique conservatrice sur l’éducation, la fiscalité, la déréglementation et l’environnement, à droite de l’idéologie de Ronald Reagan. Il a nommé 300 juges conservateurs et a continué de rendre la vie difficile à la bureaucratie et à l’élite à Washington. Sa politique étrangère a incité les partenaires de l’OTAN à dépenser plus d’argent. Il a présenté à la Chine un projet de loi attendu depuis longtemps, pour lequel il est maintenant reconnu à contrecoeur un peu partout. Il a défendu l’État d’Israël et isolé l’Iran.

Il se fiche de ce que le reste du monde pense, il fait tout pour sa base. Pour eux, il ne s’agit pas tant de la personne de Donald Trump, mais de la lutte pour la survie entre « le mode de vie américain » qu’ils connaissent et « le chaos » que leur promet le Parti démocrate en voie de « radicalisation ». Beaucoup dans les régions de New York – Washington – Boston – Los Angeles ne voient pas le monde comme les dizaines de millions d’autres Américains à l’intérieur des terres. Tout simplement parce qu’ils obtiennent leurs informations issues de médias qui vivent dans la même bulle qu’eux.

L’ancien vice-président est très vulnérable

Biden a vécu une drôle de mise en jambe avec les primaires démocrates, qui l’ont catapulté de l’opprimé à la pole position en quelques semaines. Mais avec Bernie Sanders, Elizabeth Warren et la personnalité politique montante Alexandra Ocasio-Cortez, le Parti démocrate a certainement viré à gauche. Nous savons maintenant qui est Donald Trump, mais de nombreux Américains sont également déconcertés par la réponse de cette gauche radicale face aux événements.

Biden est resté largement invisible ces derniers mois. En premier lieu parce que son adversaire attire toute l’attention comme un aimant. Mais aussi parce que l’ancien vice-président est très vulnérable. Au temps du Covid-19, l’âge n’est plus un détail. Biden, maintenant âgé de 77 ans, s’exprime de plus en plus de manière confuse et inintelligible. Ses « gaffes » désormais légendaires font partie de son charme pour certains. D’autres se demandent si vous pouvez laisser le pays entre de telles mains par les temps qui courent. Reste à savoir s’il pourra lever ce doute dans les 150 prochains jours.

EPA

Joseph Robinette Biden Jr. est également un vieux loup de Washington depuis quarante ans. Il n’a pas non plus résolu les problèmes pour lesquels il critique maintenant Trump. Exactement ce que George W. Bush a dit à propos d’Al Gore en 2000. Peu de choses ont changé au cours des dernières décennies en ce qui concerne les problèmes raciaux aux États-Unis. « Il y a peu d’autres exemples dans l’histoire des peuples civilisés où la souffrance humaine est reçue dans une indifférence aussi extraordinaire », a écrit le sociologue W.E.B. Du Bois. C’était en 1899. Le blâme ne devrait donc pas être uniquement imputé à Donald Trump.

La campagne de Biden n’a jamais eu l’énergie d’un Sanders ou d’une Warren. Pourtant, l’ancien vice-président a besoin de leurs électeurs – souvent radicalisés – et essaie maintenant de les attirer sans perdre le centre. Un équilibre difficile qui requiert le talent verbal d’un Bill Clinton ou d’un Barack Obama. Biden n’est ni l’un ni l’autre. S’il ne réussit pas ce défi, il risque de perdre la remorque Warren-Sanders en raison de liens insuffisants et de perdre l’électeur du centre en raison d’un centrisme insuffisant. Trump compte principalement sur cela et sur l’énergie que ses énormes meetings libèrent.

Biden est susceptible d’avoir une longueur d’avance sur Trump aujourd’hui. Mais novembre est encore loin. En Amérique, le candidat qui rayonne avec le plus d’optimisme et délivre le message le plus clair gagne normalement. Les circonstances ont fait que Trump a perdu du terrain ces dernières semaines. Mais l’homme a souvent corrigé des situations apparemment sans espoir. Quiconque en doute peut toujours consulter Hillary Clinton.

Source: BusinessAM


Pour aller plus loin...


Corona Virus Update

  • Monde
  • Nombre
    d'infections
    42.195.366
  • Nombre
    de décès
    1.144.069
  • Belgique
  • Nombre
    d'infections
    287.700
  • Nombre
    de décès
    10.658
Biden vs Trump
ÉLECTIONS AMÉRICAINES
Suivez le live ici chaque jour
Logo Business AM

Business AM | Stocks