JO de Tokyo : les visiteurs étrangers seront trackés, aucun cri toléré

Isopix

Afin de préparer au mieux les JO de Tokyo, le Japon a dressé une liste de mesures à mettre en place afin que l’événement ne provoque pas une résurgence du coronavirus dans le pays. Une première version a été dévoilée. Elle ne rassure pas les Japonais.

Le rapport, dévoilé mercredi, comporte notamment un large chapitre consacré au traitement du public qui sera admis au sein des infrastructures des Jeux afin d’assister aux épreuves.

Une fois dans le stade, les spectateurs ne pourront pas crier. Ils seront également formellement identifiés via leurs billets afin de faciliter le traçage des contacts. Concernant le nombre maximal des spectateurs autorisés dans les enceintes, une décision sera prise au printemps.

Des règles spécifiques seront instaurées pour les spectateurs étrangers. A priori, ceux-ci ne devront pas observer de quarantaine lorsqu’ils arriveront au Japon. Ils seront aussi autorisés à prendre les transports en commun. En revanche, pour bénéficier de ces ‘facilités’, ils devront accepter que leur santé soit trackée par une application préalablement installée sur leur téléphone portable. Ils seront également soumis à un dépistage.

Quant à savoir si les spectateurs étrangers seraient obligés d’être vaccinés contre le Covid-19, le directeur général du comité d’organisation des J.O de Tokyo, Toshiro Muto, a indiqué qu’il s’agissait d’un scénario qui commencera à être examiné ‘une fois que le vaccin sera effectivement disponible’.

L’annonce de ces nouvelles n’a pas été très bien accueillie par les Japonais, fait remarquer AP. Avec 2.100 décès pour une population de 125 millions d’habitants, le Japon fait partie des pays qui ont le mieux géré la pandémie. Les citoyens craignent que les JO ne viennent anéantir tous ces efforts.

Quid des athlètes ?

Les athlètes seront soumis à un protocole assez strict. Testés tous les 4 à 5 jours, ils devront signer un code de conduite qui les engage à ne pas parler fort, à éviter les contacts physiques avec les autres et à porter un masque lorsqu’ils ne s’entraînent pas.

En dehors des compétitions et des entraînements, les sportifs ne pourront pas circuler selon leur bon vouloir au sein du village olympique: ils devront s’isoler dans leur logement au maximum.

S’ils se soustraient à ces différentes mesures, ils pourraient être sanctionnés par le Comité International Olympique (CIO).

‘Le principe de base est que la période d’hébergement dans le village des athlètes est censée être réduite au minimum, autant que possible. Nous voulons être sûrs que le village ne devienne pas trop dense. Après les épreuves, nous aimerions qu’ils rentrent (chez eux) le plus tôt possible’, a ajouté le directeur général du comité d’organisation des JO de Tokyo, Toshiro Muto.

Des modifications restent possibles

Muto a tenu à préciser que ‘presque toutes’ les mesures citées dans le rapport restaient sujettes à révision. ‘De façon globale, je pense que nous aimerions être en mesure de régler les détails d’ici le printemps prochain’, a-t-il précisé

Initialement prévus du 24 juillet au 9 août 2020, les JO de Tokyo auront lieu entre le 23 juillet et le 8 août 2021. Muto a déclaré que son équipe n’avait pas encore été en mesure de calculer les coûts de ce report.