Au Japon, les suicides du mois d’octobre ont fait plus de morts que le Covid-19 sur l’ensemble de 2020

(AP Photo/Jae C. Hong)

Au Japon, les suicides durant le seul mois d’octobre ont dépassé le nombre des victimes décédées à cause du Covid-19 sur l’ensemble de l’année 2020, selon les chiffres publiés par le gouvernement japonais.

Au Japon, 2.153 suicides ont eu lieu le mois dernier. Le nombre total de décès dus à la pandémie pour toute l’année 2020 s’établit pour l’instant à 2.087.

Une crise de la santé mentale?

Les experts de la santé mettent en garde contre une crise de la santé mentale. Non seulement au Japon, mais aussi un peu partout dans le monde, la pandémie commence à peser lourdement sur les populations. Le chômage de masse, l’isolement social et l’anxiété font que de plus en plus de personnes se retrouvent aux prises avec de graves problèmes mentaux.

Les chiffres japonais ne sont pas à prendre à la légère, car le pays est l’un des rares à suivre le taux de suicide de manière actualisée. À titre de comparaison, les derniers chiffres disponibles sur le suicide en Belgique datent de l’année dernière.

Les données japonaises peuvent donc donner aux autres pays un aperçu de l’effet des mesures de lutte contre le coronavirus sur la santé mentale et les groupes les plus vulnérables.

‘Nous n’avons même pas eu de lockdown…’

‘Nous n’avons même pas eu de lockdown et l’impact du Covid est très minime comparé à d’autres pays… Mais nous constatons néanmoins une forte augmentation des suicides’, a déclaré Michiko Ueda, professeur à l’université Waseda de Tokyo et expert en suicides, sur la chaîne américaine CNN. Selon lui, cela pourrait indiquer que d’autres pays risquent de connaître une augmentation similaire, voire plus importante, du nombre de suicides à l’avenir.

Le Japon a l’un des taux de suicide les plus élevés au monde, et ce depuis des années, selon les chiffres de l’Organisation mondiale de la santé. En 2016, le Japon avait un taux de suicide de 18,5 pour 100.000 personnes. C’est presque le double de la moyenne mondiale de 10,6 pour 100.000 personnes. En Asie, seule la Corée du Sud fait moins bien que le Japon.

Bien que les raisons du taux de suicide élevé au Japon soient complexes, les longues heures de travail (un phénomène connu sous le nom de ‘karoshi’), la pression sur les performances à l’école, l’isolement social et la stigmatisation culturelle entourant les problèmes de santé mentale sont les facteurs les plus souvent cités comme jouant un rôle.

Au cours des dix dernières années, le nombre de suicides au Japon a diminué pour atteindre environ 20.000 l’année dernière. Ce chiffre est le plus bas depuis 1978. Mais la pandémie semble désormais avoir inversé cette tendance.

Lire aussi: