« Investir dans la crypto, c’est comme du capital-risque pour les jeunes entreprises »

Le stratège en investissement d’ABN Amro pense que les cryptomonnaies sont trop spéculatives pour investir. Les investisseurs qui franchissent le pas doivent avoir l’état d’esprit d’un capital-risqueur, dit-il dans une note d’analyse.

Un capital-risqueur (venture capitalist) investit dans des entreprises prometteuses, mais se rend compte que le succès à long terme est très incertain. La plupart des débutants n’y arrivent pas. Mais si la start-up s’avère fructueuse, l’investisseur de la première heure a un rendement très élevé.

C’est également l’attitude que devraient avoir les investisseurs avec les crypto-actifs, selon Ralph Wessels, le stratège en investissement d’ABN Amro. Le profil risque-rendement est similaire à celui du capital-risque. 

Selon lui, les cryptos ont un caractère hautement spéculatif, ce qui signifie qu’il existe un risque de pertes importantes. ABN Amro déconseille donc généralement à ses clients d’inclure de cryptos dans leur portefeuille d’investissement. Quiconque le fait devrait le faire avec l’argent qu’il peut perdre et avec toute la prudence nécessaire.

Le responsable de la stratégie d’investissement voit plusieurs facteurs de risque :

  • Il y a trop de préoccupations concernant la transparence dans le trading de crypto.
  • Selon Wessels, les cryptomonnaies ne sont pas encore soumises à la surveillance de l’Autorité néerlandaise des marchés financiers (AFM), l’homologue néerlandais de la FSMA.
  • Les messages sur les réseaux sociaux d’influenceurs tels qu’Elon Musk illustrent pour ABN Amro la nécessité d’une réglementation. Ce genre de gazouillis relèveraient souvent d’abus de marché dans un système financier réglementé.
  • Il trouve la valorisation future des cryptomonnaies « encore difficile ».

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés