Les courses au supermarché ont coûté beaucoup plus cher en décembre : une hausse de 20 % sur un an

Si l’inflation globale a montré un léger ralentissement en Belgique, cela ne s’est pas encore véritablement traduit au supermarché. Les denrées alimentaires restent globalement beaucoup plus cher qu’il y a un an.

L’actualité : les prix en supermarchés ont augmenté de 19,67 % en décembre 2022 par rapport à décembre 2021.

  • Les consommateurs paient donc presqu’un cinquième de plus pour le même panier qu’il y a un an, rapporte Test-Achats.
  • Une famille de 2 personnes paie désormais 497 € par mois en moyenne au supermarché, soit une augmentation de 82 € par rapport à décembre 2021 et 9 € de plus qu’en novembre dernier.
  • L’inflation au supermarché a en effet grimpé entre novembre et décembre, pulvérisant le précédent record de 18,11 % enregistré le mois précédent.

Le détail : chaque mois, l’organisation de consommateurs analyse l’évolution des prix en supermarchés sur base d’un panier composé de plus de 3.000 produits dans 7 enseignes. On sait ainsi que :

  • Les spaghettis sont le produit ayant subi la plus forte augmentation (53 %), suivis par les frites surgelées (50 %), les feuilles d’aluminium (47 %) et l’huile de friture (43 %).
  • De manière plus générale, les aliments surgelés sont désormais en moyenne 23 % plus chers qu’en 2021.
  • Les produits laitiers sont également particulièrement touchés par cette inflation record, avec une hausse moyenne de 27 %. Le gouda jeune est ainsi 41 % plus cher, le beurre 38 % et le lait demi-écrémé a augmenté de 30 %, liste l’organisation des consommateurs.
  • Les œufs et la viande ne font pas exceptions puisqu’ils sont respectivement vendus 29 % et 19 % plus cher, en moyenne.
  • Les produits d’entretien enregistrent une hausse de 18 % et les boissons de 11 %.
  • L’augmentation est plus relative pour les fruits, avec une hausse de 9 %.

Deux exceptions : les pommes Granny Smith et les lingettes sont légèrement moins chères qu’il y a un an, avec une baisse de 2 et 0,2 %.

Pourquoi : les causes de ces augmentations de prix sont évidemment diverses, mais la guerre en Ukraine arrive tout de même en tête.

  • Le conflit a en effet causé plusieurs pénuries de matière première, notamment d’huile.
  • Les mauvaises récoltes.
  • La grippe aviaire en Europe.
  • Une crise de l’énergie qui a des répercussions sur les frais de transport, des emballages, du stockage, de la congélation, de la main-d’œuvre et autres.

Malheureusement, la situation ne devrait pas s’arranger de si tôt. En attendant un mieux, Test-Achats conseille aux consommateurs de comparer les prix au kilo ou au litre plutôt que les étiquettes. Les différences peuvent être parfois importantes.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20